Partagez | 
 

 [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
[finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Mer 10 Mai - 1:37 - #


   

Vadim Howells


   
Je suis un : [X] personnage inventé  [ ] scénario


   

Toi derrière l'écran


   Ton pseudo/prénom : Peplum
   Ton âge : 24 ans
   Comment t'es arrivé là ? Par hasard à force de clicker partout de forum en forum, dans Slumdog Millionaire il dirait que c'était écrit. cute
   Que penses-tu du forum ? Il me donne envie de glousser de plaisir, c'est tout doux pour mon humeur, ça sent la liberté  krkr
   Présence : un peu tous les jours, mais avec mes horaires de nuit ça dépendra beaucoup de la fatigue.
   Un truc à dire ? poutoux en série et calamar frit ?


   

Informations :


   Nom de famille : Howells-Drascovik Prénom : Vadim - Lieu de naissance : Budapest (Hongrie) - Nationalité : Australien - Date de naissance : 18 Novembre 1990 - Âge : bientôt 26 ans - Orientation sexuelle : Gay - Statut civil : célibataire - Métier : architecte - Groupe : cherries - Date d'arrivée dans le quartier : Mars 2016

   Avatar utilisé : Dylan O'brien

   

Caractère/Physique :


C'est un Tic Tac. A l'image de notre ami George le Yéti, il est doux et sucré à l'extérieur, frais et piquant à l'intérieur. Ou un M&Ms. Ça fond dans la bouche, c'est chocolaté et puis tout d'un coup ça croque. Et c'est avec ce genre d'introduction forte en métaphores foireuses qu'on aimerait te parler un peu plus sérieusement de Vadim, parce que bon t'es un peu là pour ça non ? Enfant calme et extrêmement timide, volontiers fourré dans les jupons de sa mère, pas totalement souffre douleur, mais pas nécessairement roi de popularité non plus, Vadim s'est arrangé avec l'âge même s'il garde un caractère assez réservé et peu expansif en public. Heureusement pour lui son doux sourire, son naturel et ses allures bienveillantes en font quelqu'un de facile d'approche et d'instinctivement attachant. Quand on est pas doué du premier contact c'est cool d'avoir un minois qui le fait pour toi. C'est ce qui la sauvé d'être le dernier choisi pour l'équipe de foot à la récrée pendant de longues années. L'opinion publique se mettra le plus souvent d'accord sur une chose: c'est un chic type. Serviable, attentif, doux, attentionné, tolérant, loyal; pour la connaissance lambda il est donc assez déroutant d'avoir à faire à son franc parlé lorsqu'à force de le croire trop gentil pour être vrai on finit par le penser également diplomate. Alors on va pas te la faire à l'envers, c'est un gentil, il n'y a pas de doute là-dessus, mais ne compte malgré tout pas trop sur lui pour te raconter un gentil mensonge plutôt qu'une méchante vérité. Son but n'est jamais de nuire ou de blesser, mais il ne peut malgré tout que très rarement se résoudre à édulcorer sa pensée. Au diable les susceptibles, Vadim parle peu, mais Vadim parle bien. Ou plutôt parle vrai. S'il n'est pas aux abonnés hypocrites, c'est aussi parce que lui-même ne les supporte pas (et on va se mettre d'accord que ne pas se supporter soi-même c'est un peu le début de la fin). En plus de tout ça, il s'est laisser marcher sur les pieds suffisamment longtemps pour désormais savoir où se tenir face à une paire de Louboutin acérée alors on ne lui fera pas à l'envers. Il est un jeune architecte à succès, il a trois frères à gérer, une mère à ramener dans la réalité une fois de temps en temps, des factures à payer, des goûters à préparer, des policiers à calmer, des chiens à sortir, des entrainements de foot auxquels assister, des histoires à raconter, des devoirs à comprendre, une voiture à laver,... bref, il a pas le temps pour ce genre de connerie ! Par pitié, file droit. Si t'as envie de faire des courbettes pour pouvoir mieux lui cirer les pompes, ou pire malotru que tu es, pour déblatérer des billevesées, nous te conseillerons chaudement de passer à un autre client, il n'est pas preneur.

Ce qui peut également lui donner une mauvaise image une fois de temps en temps, ou plutôt créer une sorte de décalage avec l'adorable nounours qu'il semble être le plus clair du temps, c'est non seulement son sarcasme omniprésent pouvant lui donner des airs un peu pédant, mais également sa façon parfois un peu caustique de répondre à ce qui l'emmerde, le stress, l'angoisse, le blues. Bref quand il est pas dans le bon mood, il est ronchon et ça finit toujours par tomber sur quelqu'un. Ce qui est bien toutefois, c'est qu'il est loin d'être puant d'orgueil et donc prompt à s'excuser quand il se rend compte qu'il a eu tort. Humilité et marshmallow à la banane. Ce qui est moins bien c'est que ses humeurs ne sont pas nécessairement constantes et donc il lui arrive assez souvent d'être grognon sans raison apparentes, même si ça ne dure pas longtemps. Oui c'est un lunatique, parfois un peu plus sensible qu'il ne l'aimerait, mais promis il se soigne. Enfin il essaye.

Ouvert d'esprit et tolérant, il n'en est pas pour autant complaisant. Oui il écoute attentivement, oui il ne porte pas de jugement à la hâte (voir pas de jugement du tout le plus souvent, parce qui est-il pour juger sérieusement ?), non il ne te mettra pas au coin pour avoir un avis différent du sien, mais oui s'il est en position d'autorité y a intérêt à ce que ce soit fait au carré et comme il l'a demandé parce qu'il ne demandera pas une seconde fois ou alors pas aussi gentiment. Devenu ersatz d'autorité parental à un très jeune âge et qui plus est dans une famille où le seuil de testostérone crève le plafond, monsieur a développé un léger penchant autoritaire et une sorte de leadership qu'on ne lui prêterait pas nécessairement au premier contact. Heureusement les quelques qualités citées plus haut que sont l'ouverture d'esprit, la tolérance, la bienveillance et l'humilité l'ont empêché de tomber dans la caricature du dominateur écervelé, le mégalomane de base quoi. Ce qui ne fait que rendre sa vie un peu plus compliquée parce que prendre des décisions qui respectent la liberté et le bien être de plusieurs personnes à la fois sans pratiquer l'autocastration et imposer le tout sans passer pour un Hitler moderne c'est l'équivalent d'épuisement du marathon de New-York pour un bébé de la taille d'un éléphant. C'est aussi digérer le fait que tu vivras le plus gros de ta vie avec l'étiquette du "méchant" lors des débriefings post-dispute et moralement ça peut t'en crever plus d'un. Dans tout ça, il essaye juste de faire de son mieux, il essaye juste d'être juste. Et s'il lui arrive parfois de se planter, ne lui jette pas trop vite la pierre, ce n'est qu'un être humain.

Mais sérieusement, il est adorable alors vient donc faire copain copain avec lui, tu ne le regrettera pas ! En plus il a la taille parfaite pour les câlins ! Enfin ça dépend du modèle qu'il a en face lui en fait. Le mont Vadim culmine à 1m84 alors c'est peut-être pas un modèle de poche, mais sur l'échelle humaine c'est plus une colline satisfaisante que l’Everest. Bref sa taille n'a jamais vraiment été sujet de ses préoccupations. A vrai dire son poids non plus. S'il a gardé le goût du sport qui l'animait durant l'enfance et qu'il met aujourd'hui un poing d'honneur à faire un footing ou un peu de boxe dès qu'il en a l'occasion, ça contribue plus à l'esquisse très esthétique de sa fine musculature qu'au maintient de sa masse corporelle. Le poids plume, c'est le régime angoisses-clopes-cafés qui s'en occupe et les épaules larges c'est génétique. Quoi qu'il en soit, Vadim n'a jamais été un grand complexé, n'a jamais eu l'impression d'être dans les catégories de gens qui en avait le droit. Pas même à l'époque où porter des lunettes était encore sujet de moquerie. Tout au plus il a eu une période où il était un peu embarrassé par le nombre de point de beauté parsemant sa peau pâle (sérieux ce type on dirait un livre "connect the dots", tu t'armes d'un marqueur et t'as de quoi faire quelle que soit la partie de son corps que tu choisis. Bon c'est pas numéroté par contre donc on ne peut te garantir le résultat artistique), mais ça n'a pas duré très longtemps. Il a les yeux caramel, le cheveux foncé, un petit nez en trompette et un joli sourire. Bref, il est plutôt beau garçon dans la catégorie "average" et ça lui convient parfaitement bien comme ça. Et puis pour ce qui est du look, rien qui ne mérite de longues dissertations non plus. En fait sa seule extravagance est probablement le tatouage qui s'étend sur son côté droit de sa hanche à son aisselle et le fait qu'il possède assez de paire de sneakers et de chemises cintrées noires pour ressaper toute l'Inde. Voilà voilà, ça c'est Vadim.

   

Histoire :



“ Le bordel d'une vie bien remplie ressemble rarement à un roman. C'est plus une incroyable pile de coupures de journaux, de post-it, de brochures, le tout épinglé à un tableau fait de merde séchée. ”

_____________________________
________________________________

T'as déjà pris l'ascenseur avec la peur au ventre, l'angoisse imminente d'une gerbe monumentale venant te lécher les pompes et par la même occasion remplir ce si petit espace d'embruns de vodka et tequila et autres saloperies insipides ? Lui oui. Même plusieurs fois par mois. En fait c'est devenu tellement commun que Vadim est prêt à dégainer le sac plastique au moindre soubresaut de possible régurgitation que pourrait avoir l'énergumène à ces côtés. Et crois nous sur parole, passer du rez-de-chaussez au quatrième étage dans une machine du diable ça ne prend pas plus d'une minute, mais ça te donnera la même impression d'infini qu'une traversée du désert de 40 jours en plein mois d'août. Une promenade de santé en fait. Heureusement, l'aviné qui lui sert de frangin depuis presque 19 ans à pris la bonne décision de fermer sa grande bouche depuis qu'ils sont montés dans la voiture à la sortie du bar dans lequel il s'était écroulé et ça pourrait être presque paisible, presque agréable. S'il n'était pas 3h du matin, qu'il ne devait pas être debout dans 3h pour préparer le petit dej et conduire les deux loupiots à l'école avant d'enchainer avec sa propre journée de travail et s'il n'avait pas le sang battant chaudement de long de ses tempes dans une danse endiablée mêlée de rage et de frustration. Il se levait en plein milieu de la nuit tellement souvent qu'il ne passait même plus un quart d'heure à se demander où il avait foiré dans l'éducation du gaillard avant de venir lui sauver les fesses. Blasé. Complètement largué. Peut-être même un peu désespéré.

« Où est ce qu'on est ? On a pas d'ascenseur à la maison. »

L'envie d'applaudir une si soudaine lueur de lucidité lui chatouilla les phalanges l'espace d'une seconde à peine, mais cette voix qu'il connaissait si bien mêlée à une haleine fétide et a un marmonnement typique du type qui a la bouche trop anesthésiée par l'alcool pour faire la différence sonnante entre consonne et voyelle, lui donna avant tout l'envie d'encastrer la tronche de son frère chéri dans le miroir qui lui renvoyait, depuis que les portes s'étaient fermées (c'est à dire une éternité), l'image des deux perdus qu'ils sont. Le silence qui lui répond est éloquent, mais l'homme saoul n'est pas connu pour sa grande maitrise des indices sociaux et il ouvre une fois de plus la bouche. Et peut-être que Vadim aurait préféré que ce soit pour vomir au final.

« Ramène moi à la maison, j'ai mal au crâne ! »

T'as cru mon pote ! Ils arrivent finalement au quatrième étage et c'est les pupilles embrumées par la colère que Vadim arpente ce couloir qu'il connait si bien sans jeter un œil à l'énergumène qu'il est censé escorter. S'il peut se trainer de bar en bar pour picoler comme une péripatéticienne au rabais en début de service, il peut faire 15 mètres tout seul comme un grand. C'est sa philosophie. Arrivé devant la porte à laquelle il sait qu'il peut toquer à toute heure du jour ou de la nuit, il n'a même pas le temps de signaler sa présence que le visage familièrement réconfortant de son ami lui apparait. Vadim sait qu'il devrait s'excuser de l'importuner à une telle heure, s'excuser de lui demander un tel service pour la cinquième fois en deux mois, s'excuser d'être un poids, mais il ne parvient pas a déserrer la mâchoire et quand son frère arrive tant bien que mal à leurs côtés, c'est pire encore.

« T'en fais pas, j'ai mis un seau à côté de son matelas, il va s'y sentir comme un roi. »

Il blagouille. Il est 3h du mat et Vadim va lui laisser son crétin de frangin complètement imbibé sur les bras (bon il est plus que probable qu'il s'endorme la tête à peine posée sur le coussin, mais quand même) jusqu'à ce que celui-ci déssaoule et retrouve de lui-même le chemin de la maison et lui il trouve encore le moyen de lui envoyer un sourire compréhensif et de tenter un peu d'humour. Quel saint pouvait-il bien être dans une autre vie pour mériter des amis pareils ?

« On rentre à la maisooooooon ! »

Quel démon pouvait-il bien être dans une autre vie pour mériter un frère pareil ? Chienne de vie !

« Ta gueule Tarik ! »

Le ton est sans appel et même s'il est saoul, apparemment il ne l'est pas encore assez pour ne pas reconnaitre le regard assassin que lui lance Vadim et il ferme promptement sa bouche. Aucun sens de conservation n'entre en jeu hein, cette fois c'est juste vraiment pour éviter de rendre le contenu de son estomac à la terre. Son visage tourne au vert et ils ont tout juste le temps de l'escorter aux toilettes avant que le déluge ne puisse faire honte à Dieu lui-même. Vadim soupir, désabusé, avant de s'affaler mollement sur le canapé du salon, assez loin des toilettes pour que le bruit d'un réflex nauséeux mis à mal ne le fasse exploser en sanglot. Il est 3h du matin, il a deux petits frères laissés seuls à la maison à qui il ne supporte plus d'imposer le spectacle pitoyable du troisième rentrant dans des états lamentables qu'il doit encore parvenir à expliquer au petit matin. Il est 3h du matin, à 4 cafés de devoir se lancer dans une nouvelle journée où il devra mener sa barque jusqu'à la nuit prochaine sans aucune garantie que celle-ci lui apportera plus de repos que la précédente. Il est 3h du matin et il est épuisé.

« Rentre Vadim. Va dormir un peu. T'as une sale tête. »

En voilà un qui sait comment parler aux hommes ! Ça n'existe plus des vrais amis comme ça.

_____________________________
________________________________

➜ coming out:

    “ Wikipédia a dit: contraction de l'expression coming out of the closet, ou sortir du placard au Canada (oui parce que Wikipédia il est canadien tout le monde sait ça...) , désigne principalement l'annonce volontaire (ou involontaire, sait on jamais qu'on serait perché à l'héro ou noyé dans le rhum ce jour là) d'une orientation sexuelle ou d'une identité de genre (donc en toute logique, les hétéros devraient également faire leur coming out un jour ou l'autre, mais ils sont un peu lents à la détente, faut les excuser. A force d'avoir eu le cul bordé de nouilles). Le coming-out peut se faire dans un ou plusieurs milieux : les membres de la famille, les amis, les collègues, les voisins, (à la campagne, en forêt, à la mer, tout ça quoi), etc. Par extension, le terme coming out peut désigner l'annonce publique de toute caractéristique personnelle, jusque-là tenue secrète par peur du rejet ou par discrétion : l'appartenance à une religion (ou à une secte hein, y a rien de mal à ça, Tom Cruise le vit bien), des opinions politiques (non ça c'est mieux si tu les garde pour toi en fait), l'appartenance à une organisation comme la franc-maçonnerie (ou le fanclub de Dave), l'appartenance à une association ou un parti (sauf pour l'UMP hein, faut pas déconner), une profession jugée honteuse (genre chômeur, parce qu'au moins les autres ils ont le mérite de travailler pour gagner leur vie) ou au sujet de laquelle le secret est exigé (le père Noël, la fée des dents et le lapin de Pâques n'existent pas, comme ça c'est dit), etc. ”



Il n'est pas intéressé par la politique, il est athée ou agnostique (il ne sait pas trop ce que ça change et il s'en fout), il ne fait partie d'aucun fanclub et en tant qu'architecte, il fait un métier que beaucoup jugent respectable du coup le seul coming out qui nous intéresse vraiment c'est probablement le mémorable "maman, je suis gay" ! Bien que ça ne se soit pas vraiment passé comme ça. Sa mère a bien été la première personne à qui il l'a annoncé, si on peut appeler ça une annonce. Si tu t'imagines des larmes, de l'émotion a foison, un long discours sur la quête victorieuse d'une identité propre et personnelle ou même une bannière avec des paillettes et des strass, t'es assez loin du compte. En fait c'était plus une conversation sur le ton qu'on utilise pour parler du temps qu'il fera demain avec le concierge. En plus c'est pas comme si Vadim lui annonçait quoi que ce soit au final parce que de ce qu'à répondu sa mère elle savait déjà. Oui, parait que les mères savent ces choses là. Les mamans oui, les papas par contre... enfin le sien pas en tout cas, ou s'il avait des doutes, il n'en a jamais rien dit. Il a été un tout petit peu surpris. Enfin, avec le recul, on doit avouer que c'est probablement plus le contexte qui l'a surpris que la confirmation que son fils était plus aux hommes qu'aux femmes. Faut dire que rentrer de voyage d'affaire dans une maison qui est supposée être vide pour la journée et débarouler dans le salon pour trouver un jeune homme nu et inconnu au bataillon à quatre patte sur votre canapé avec votre fils, tout aussi nu, à genoux derrière... il y a de quoi se demander si on ne s'est pas trompé de maison. Au final c'est une histoire qu'on ressort en riant aux fêtes de famille pour foutre la honte, donc on peut dire que c'est quasiment passé comme dans du beurre (qui fait d'ailleurs un très mauvais lubrifiant, préfère ceux à base d'eau) !
Pour ce qui est des frangins, pas trop de problème en vue, Tarik et Oskar n'étaient encore que des enfants qui n'en avaient rien à foutre et n'y comprendraient rien même si on leur expliquait et Edan il était même pas encore né donc bon. Et pour ce qui est du reste du monde extérieur, il eut la chance d'être entouré de personnes bien qui au final n'en avait rien à foutre non plus de qui il mettait dans son lit. Ce que tout le monde devrait faire d'ailleurs. (Oh il y eut bien quelques connards de ci de là, le monde n'est pas poney magique et bisounours, mais ils se sont rapidement fait virer de là, la vie est trop courte pour se soucier des emmerdeurs). En bref, Vadim fut toute sa vie relativement épargné par les saloperies homophobes que ce monde de haineux a à proposer et il ne s'en porte que mieux. En plus quand on voit les saloperies qui lui sont tombé sur le coin de la gueule par la suite, c'est bon hein, il a assez donné.

_____________________________
________________________________

“ Changez de vie, changez de quartier ! ”
Avec plein de jolies petites maisons colorées devant et derrière, de jolies pelouses bien toudues, le blaze du quartier en grandes lettres qui font rêver et des noms de rues ridiculement mignons et accrocheurs, voici une brochure qui aura au moins le mérite de vous faire voyager. Au moins jusqu'à l'autre bout de la ville quoi. Alors certes il faut quand même les faire les cartons et puis les défaire. Et puis, il faut s'adapter à une nouvelle maison. Même si elle est tout aussi spacieuse, même s'il y a une chambre de moins, même si la couleurs des murs ont changé, même si le jardin est plus petit, mais les arbres plus nombreux. Il faut la payer aussi cette nouvelle maison, mais pour ça la famille Howells n'a pas vraiment à s'inquiéter. Même avec les moyens, vivre dans l'opulence n'est pas leur délire, mais être les fistons d'un ancien diplomate anglais recyclé quelques années en professeur de sciences politique à l'université de Brisbane et d'une avocate unique héritière d'une vieille famille noble hongroise, ça a certains avantages. Certains qui sont d'ailleurs foutrement inutiles. Genre si l'envie lui prenait de retourner en Hongrie, Vadim pourrait se faire adouber par un comte dans une forêt au nom imprononçable. C'est folklore hein. Mais bon il pète plus un mot d'hongrois depuis le temps, ne l'a jamais vraiment parlé d'ailleurs, plutôt baragouiné de temps en temps. En fait n'y a jamais vraiment vécu en Hongrie, il tient la nationalité et son vocabulaire restreint de sa mère, tout simplement. Si on y regarde de plus près, enfant, Vadim et Tarik n'ont jamais vraiment vécu nul part. Et en même temps ils ont vécu un peu partout à la fois. Ce n'est qu'après la naissance d'Oskar que la petite famille s'est réellement posée à un endroit et un seul. Oh d'ailleurs en parlant de Tarik, lui, il a été invité à déjeuner chez le premier ministre Croate pour avoir sauver sa fille de la noyade il y a quelques années et promis un accès illimité à un jet privé l'espace d'une journée en remerciement. Ouais, on a la classe ou on l'a pas. Pas de bol, Tarik a le mal de l'air et déjà assez de vécu dans les avions pour toute une vie, ou du moins assez pour ne pas avoir envie de s'y remettre de si tôt. D'ailleurs, si ça ne tenait qu'à lui, Tarik n'aurait probablement plus voyagé de toute sa vie une fois que la petite famille eut élu une fois pour toute résidence en Australie. Bon pas de chance pour lui, même si papa avait laissé derrière lui une carrière de diplomate pour pouvoir enfin promettre à ses enfants un vrais chez eux plutôt qu'enchainer les locations temporaires aux quatre coins du globe, il avait gardé le goût du voyage. Et les vacances à l'étranger, c'était tous les ans. Au minimum. Bref pour la famille Howells qui a déjà tellement voyagé, Willow Lane ce n'est pas vraiment le bout du monde, mais ça sera suffisant. Pas assez loin pour couper les garçons de leurs copains, pour les changements de jobs ou les changements d'école, mais juste assez loin pour tenter d'oublier cette maison dans laquelle ils ont grandit. Dans cette maison où ils ont vu la vie leur arracher leur père et où elle s'est acharné assez pour faire s'effacer leur mère, petit à petit.

_____________________________
________________________________

“ Tâches du jour: ”

Post-it orange: Tarik:

  • Faire les courses (liste au dos)
  • Aller rendre visite à maman avec Edan
  • Déposer Oskar chez son copain pour son exposé
  • Nettoyer ta chambre
  • Terminer ton powerpoint pour ton cours d'anglais
  • Trier le linge par couleur et mettre tourner une machine de draps


Post-it mauve: Oskar:

  • Faire tes devoirs + exposé
  • Sortir les poubelles
  • Promener les chiens
  • Rapporter la caisse à outil du voisin
  • Ranger le salon
  • Mettre tourner une machine avec tes affaire de foot


Post-it vert: Edan:

  • Faire tes devoirs
  • Replier les chaussettes et essuis de bain et tout remettre dans les bonne armoires
  • Faire un dessin pour maman et aller la voir avec Tarik
  • Nourrir les chiens
  • Ranger la salle de jeu
  • Être adorable


Post-it bleu: Vadim:

  • Porter la machine à café au réparateur en allant au bureau
  • Réunion avec le comité des budgets
  • Faire réviser le projet de Cordelia Street
  • Décharger Calloway de son dossier sur l'isolation phonique du Cedar Entertainement Center et le refiler à Max.
  • Aller chercher un cadeau d'anniversaire pour maman
  • Prendre rendez-vous avec l'allergologue pour Oskar
  • Prendre rendez-vous avec le dentiste pour Edan
  • Prendre rendez-vous avec l'opticien pour moi
  • Déjeuner, accessoirement
  • Terminer la maquette du projet de Bribie Island
  • Terminer les plans pour Sydney
  • Déposer le dossier des devis de Cornwall Street à la compta
  • Récupérer trousse de Copic chez Ally même si elle en a encore besoin
  • Aller rechercher le doudou oublié d'Edan chez son copain
  • Récupérer la machine à café
  • Rendez-vous avec le médecin de maman
  • Nettoyer la voiture
  • Faire à souper
  • S'assurer qu'Edan a fait ses devoirs
  • S'assurer qu'Oskar a fait ses devoirs + relire son exposé
  • S'assurer que Tarik a terminé son powerpoint
  • S'assurer qu'Edan a pris son bain et s'est lavé les dents
  • S'assurer que les chiens ont été nourris
  • Lire une histoire à Edan et chasser les monstres sous le lit
  • Confisquer la console d'Oskar pour la nuit
  • Nettoyer la salle-de-bain
  • Téléphoner à David
  • Reranger la salle de jeu
  • Relire la présentation du projet pour Canberra
  • Mettre tourner une machine de linge au hasard
  • Retrouver le câble du lecteur DVD
  • Ranger le dressing
  • Aller courir et prendre les chiens avec
  • Aller dormir... peut-être


A quand les journées de 38 heures sérieusement ?

_____________________________
________________________________

« Tu te rappelles de l'Italie ? Tarik venait tout juste de naitre, tu le portais partout pendant les visites. Tu disais que dans sa poussette il pouvait rien voir et qu'il n'aurait jamais rien à raconter à ses copains sur l'Italie s'il ne pouvait rien en voir. T'étais déjà très terre à terre à l'époque. C'était tellement adorable ! »

Jusqu'à ce que bébé Tarik lui échappe presque des mains par dessus un muret lors de la visite du Colisée. C'était plus du tout adorable, c'était terrifiant. Un souvenir, certes un peu flou, mais qui avait encore le mérite de le faire frissonner de terreur. Il aurait pu tuer son petit frère ce jour là ! Cela dit, aurait-ce été une si mauvaise chose pour le présent ? Certes Vadim passé l'aurait mal vécu, mais Vadim d'aujourd'hui ? Après tout, si c'était arrivé, il n'aurait pas eu à aller rechercher le dit petit frère au poste de police la veille. Ni le mois dernier. Ni dans un bar le mois d'avant et surfer tout l'internet pour trouver des astuces de grand-mère qui font disparaitre les coquards. (Bon Vadim avait bien argumenter 20 minutes avec Tarik pour lui expliquer les bienfaits du maquillages, mais rien à faire, les mecs ne portent pas de maquillage qu'avait répondu le balafré. Concept un peu has been après lequel Vadim l'envoya se faire foutre. Qu'il aille en cours avec un cache œil de pirate pour ce que ça pouvait lui foutre à lui.) Il n'aurait pas non plus à expliquer à Edan que son frère n'est ni malade, ni mourant, juste un peu con par moment. (En d'autres termes hein, même Vadim et son franc parlé savent se tenir en la présence d'un gamin de 5 ans) Ni a s'inquiéter qu'Oskar prenne son ainé en exemple une fois entré dans l'adolescence. Ce qui lui pendait au nez comme une stalactite de morve en plein hiver.

« Vous étiez tellement mignons. J'avais pas le cœur de t'expliquer qu'il... »

Sa phrase se consume lentement dans une douceur nostalgique teintée d'aigreur. Le sourire qu'elle portait depuis qu'il était arrivé se ternit quelques instants alors que ses grands yeux bleus se perdent au sol. Elle n'en dit pas plus, mais Vadim sait ce qu'elle tait. Ce jour là, elle n'avait pas eu le coeur de lui expliquer que Tarik n'était qu'un bébé et qu'il finirait par oublier en grandissant. Tout comme elle commençait à oublier elle aussi. A une autre échelle bien entendu, mais pour un résultat somme toute similaire. Elle finirait par oublier, par tout oublier. Par oublier jusqu'à ses propres enfants, peut-être même jusqu'à son propre prénom. Ça arriverait un jour ou l'autre, c'est ce qu'Alzheimer fait aux gens. Il les efface, lentement, assez lentement pour que certains jours tu te prennes en pleine face la réalité de tout ce qui t'échappe. Et certains finissent par se consoler en se disant qu'une fois que tout sera effacé, il n'y aura plus de raison de souffrir. Piètre lot de consolation une fois passer l'agonie de se voir dépouillé de soi-même.
Lorsqu'elle relève son joli visage, son doux sourire est légèrement forcé, mais Vadim l'accepte sans broncher. Bientôt, seul l'un d'eux deux s'émerveillera encore d'à quel point ils se ressemblent. Vadim a les yeux de son père, mais pour ce qui est du reste, il est le portrait craché de sa mère. C'est ce qu'on lui a toujours dit.

« Oui je m'en souviens. Lorsqu'on est rentré en Angleterre, Tarik passait ses journées à pleurer. Tu disais qu'il s'était habitué au soleil méditerranéen et qu'on était condamné à aller s'installer dans le sud.  »

Elle rit et Vadim se saoule de ces sons envoûtants qui lui manquent déjà tant. Ça ne fait qu'un peu plus de deux ans que le diagnostique d'Alzheimer est tombé, et seulement quelques mois que sa mère a décidé que ses fréquentes absences devenaient trop ingérables pour son entourage et fit la demande à être placée. Une décision qu'elle avait prise sans jamais consulter personne et contre laquelle Vadim avait longtemps lutté avant de se résigner, non sans avoir versé son lot de larmes et de paroles cruelles.

« L'idée ne t'avait pas trop enchanté, tu m'as boudé une semaine entière en croyant qu'on allait vraiment déménager.  »

« C'est parce qu'on venait de repeindre ma chambre. C'était injuste qu'on m'oblige de nouveau à changer de chambre alors qu'il y avait enfin des bébés chiens dessinés sur mes murs. »

« Pour les petits chiens sur les murs ou plutôt pour le vrai chien que tu avais recueilli quelques jours plus tôt ? »

« Le vrai chien ? »

« Oui tu étais dans une période où tu ne parlais plus que de devenir vétérinaire et tu ramenais de nouveaux petits animaux blessés à la maison presque toutes les semaines. Ça rendait ton père complètement fou. »

Depuis que le pronostique de la maladie était tombé, il était rare d'aborder le sujet de son père. L'accident de moto avait beau l'avoir tué il y a bien des années déjà, il était évident pour beaucoup de gens que toute la famille en souffrait encore énormément au quotidien. Jonathan Howells travaillait peut-être beaucoup, mais il était proche de sa famille, proche de ses enfants, il était leur modèle. Aux yeux de Tarik, peut-être était-il même une sorte de héros. Et si c'est lui qui accusait le plus violemment le coup, il était indéniable que toute la famille était encore hantée par ce départ injuste. Peut-être même Edan, quand bien même il ne l'avait jamais vraiment connu. Tiraillé entre la joie de savoir qu'elle se rappelle  encore de leur père et la tristesse des souvenirs partagés, ce n'est qu'à la force de l'entrainement que Vadim parvint à ne pas laisser glisser son sourire. Il y en a un de souvenir qu'ils n'ont pas en commun. Celui de Vadim dans une quelconque "phase vétérinaire". A cette époque là, il voulait devenir astronaute et n'aurait jamais ramené d'animaux blessés à la maison. Le seul qui avait eu une "phase vétérinaire" c'était Oskar, presque dix ans plus tard. Mais ça, il ne lui dirait pas. C'était une bonne journée pour elle et il n'avait pas le cœur à la gâcher en lui rappelant qu'à défaut de s'envoler parfois les souvenirs préfèrent se mélanger.

« Je crois que papa aurait détesté Ulysse d'ailleurs. C'est un chien adorable, mais il a la foutue habitude de courir dans les jambes des gens lorsqu'il est content. C'est à dire un peu près tout le temps. »

« Oui ton père n'a jamais été très branché par les animaux. En fait j'ai même été un peu surprise quand il a accepté que Tarik adopte un lézard. »

« C'est parce que Tarik était un total fils à papa et puis personne n'aurait pu résister à ses beaux yeux à cette époque là. »

Le ton est à la rigolade et certains auraient vite fait de prendre le petit quelque chose d'amer se cachant derrière ses mots pour de la jalousie. Vadim n'était pas jaloux de la relation fusionnelle que Tarik avait avec leur père, ne l'a jamais été. Lui-même était et demeure toujours le plus grand fils à maman que la terre n'ait jamais porté. Non, ce n'est pas de la jalousie. Ce qui dégouline sournoisement de cette tentative de dérision c'est une forme de désarroi. Voilà des mois déjà que Tarik perd le nord et se retrouve aspiré dans une spirale infernale dont Vadim n'a pas la moindre idée de comment le sortir. Bordel de merde, c'est à peine s'il sait encore comment communiquer avec ce frère dont il était pourtant si proche auparavant !

« C'est un caractère hein ? Mais il s'en sortira, ne t'en fais pas. Et s'il n'y arrive pas de lui-même, je sais que tes frères et toi vous trouverez un moyen pour le ramener sur le droit chemin. C'est un garçon intelligent et plein de bonne volonté, mais peut-être qu'avec tout ce qui s'est passé ces dernières années, il s'est un peu perdu de vue. Il vous a un peu perdu de vue. Mais s'il y a bien une chose dont je me rappelle, une chose que je sais, une chose dont je suis fière c'est que mes fils ont toujours été proches. Ils ont toujours été là pour se soutenir les uns les autres dans les meilleurs et les plus mauvais moment. Là où les frères et sœurs passaient leur temps à se chamailler, vous faisiez de vos différences une force sur laquelle compter. C'est ce que vous faites, c'est comme ça que les Howells fonctionnent. Les uns avec les autres. Ne le laisse pas tomber Vadim, il reviendra. »

Comme s'il pouvait un jour ne serait-ce qu'envisager de le laisser tomber. Aussi insupportable puisse-t-il être, aussi sombres puissent être les heures qu'ils auront encore à traverser, il restera toujours son petit frère. Ils traverseront tout ensemble. C'est comme ça que les Howells fonctionnent, c'est comme ça qu'ils l'ont toujours fait.  

   

Infos en plus :


   Je souhaite des colocataires : Non, il a déjà une sacrée smala a gérer, il aurait du mal à planquer un coloc en plus.
   Je souhaite être pris en charge à mon arrivée dans le quartier : Je ne dis jamais non à un rp  krkr
   Code pour le bottin :
   
Code:
DYLAN O'BRIEN <span class="pris">?</span> Vadim Howells
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Mer 10 Mai - 2:01 - #

Cette présentation est un foutoir krkr Bienvenuuuuue ouiskikiiiiiiii (pour aller avec le kokkah LAN)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 677
Inscrit le : 10/01/2017
Crédits : liliana (avatar), justayne (signature)
Mon âge : 25 ans
J'ai emménagé en : juillet 2016
Mon statut civil : Célibataire
Mon image :
Evan Scott
« »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Mer 10 Mai - 2:31 - #

SALUT JE VIENS CHERCHER MA PIZZA ! mdr

Bienvenuuuuuuuuuue officiellement Coeur Coeur


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 22
Messages : 662
Inscrit le : 13/03/2017
Crédits : Tumblr: Firebreather (gifs signature)

Mon âge : 24 ans
J'ai emménagé en : janvier 2016
Mon statut civil : Célibataire
Mon image :
Dwayne Carter
« Semper Fi »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Mer 10 Mai - 7:32 - #

Bienvenue à toi et bon courage pour la suite de ta fiche ! :D


    Scars of the past
    I'm so sick of faking things, masking life with all these drinks and I can't find no other way, so I'll sit here and fade away. I'll sit here and fade away, drinking all this pain away and I'll sit here and fade away 'cause I can't find no other way. ♫

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Mer 10 Mai - 10:13 - #

Bienvenue parmi nous ! Tu vas voir, on est tous trèèèèèèès gentiiiiiiiil Laughing héhé
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 24
Messages : 754
Inscrit le : 03/12/2015
Crédits : Polarize
Mon âge : 22 ans
J'ai emménagé en : décembre 2015
Mon statut civil : célibataire
Mon image :
Lauren Evans
« modo en carton »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Mer 10 Mai - 11:46 - #

Bienvenuuuuue ! hello
C'est cool de te voir parmi nous. krkr
Bon courage pour l'écriture de ta petite fiche. Coeur


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 24
Messages : 30
Inscrit le : 06/05/2017
Crédits : ©Shiya ᴥ
Mon âge : 23 ans ᴥ
J'ai emménagé en : septembre 2016
Mon statut civil : En couple ? Célibataire ? C'est compliqué... ᴥ
Mon image : Sexy ᴥ
Hope A. Redfield
« »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Mer 10 Mai - 15:57 - #

Biiiiiiienvenue!! :D
Bon courage pour la suite de ta fiche! youpi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Mer 10 Mai - 19:29 - #

Coucou coupain architecte ! ooh Bon Trish ne l'est pas, mais Annabeth, mon dc, oui 02
Bienvenuuuue coeur 2
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Mer 10 Mai - 21:28 - #

Un foutoir ? xD C'est plutôt une bonne chose ça ou une mauvaise chose ? Parce qu'il y avait pas encore grand chose d'écrit dedans à ce moment là lol
Merci beaucoup jolie fleur ! Coeur


**Cours lui faire un câlin avec une pizza 4 fromage à la main**
Chose promise, chose due ! lèche
Merci énormément mon preux chevalier ! Coeur ooh lèche Coeur


**IMAGIIIIINE DRAGOOOOONS !! Reuhm ruehm je me calme oui promis**
Merci beaucoup joli minois ! Coeur Coeur


Mon dieu les yeux de ton monsieur sur ton avatar c'est de la folie ooh
Tu m'as l'air très gentil alors je suis tentée de te croire sur parole lèche
Merci beaucoup beaucoup joli coeur ! Coeur Coeur


Dès que j'ai vu ton avatar j'ai eu la chanson Nina en tête, elle veut plus sortir maintenant xD
Merci beaucoup beaucoup jolie libellule ! Coeur


Merci beaucoup bien beaucoup belle espoir !! Coeur  Coeur
**oui jeux de mot qui craint je sais, je sors rohlala ces rabats joie**


Merci beaucoup copine pas architecte mais quand même un peu par symbiose de personnage !!! Coeur Coeur


PS: je crois que j'ai fini ma fiche kya krkr aaah youpi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 677
Inscrit le : 10/01/2017
Crédits : liliana (avatar), justayne (signature)
Mon âge : 25 ans
J'ai emménagé en : juillet 2016
Mon statut civil : Célibataire
Mon image :
Evan Scott
« »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Mer 10 Mai - 21:33 - #

Merciiiiii ! Coeur Coeur

Et je ne peux qu'être d'accord avec toi pour les jolis yeux de Polochon **

Sinon, si tu as fini ta fiche, faut le signaler ici: http://www.willow-lane.org/t40-prevenir-que-sa-fiche-est-terminee Wink


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Mer 10 Mai - 21:38 - #

Oui j'ai vu le sujet deux minutes après avoir posté mon dernier message, mais merci quand même Evan canard Coeur Coeur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 210
Inscrit le : 31/03/2017
Mon âge : 29 ans.
J'ai emménagé en : août 2016
Maggie Khan
« »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Mer 10 Mai - 23:08 - #

Ouuuh, quel beau garçon.. 02 Officiellement bienvenue parmi nous monsieur !



Maggie Khan
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 24
Messages : 754
Inscrit le : 03/12/2015
Crédits : Polarize
Mon âge : 22 ans
J'ai emménagé en : décembre 2015
Mon statut civil : célibataire
Mon image :
Lauren Evans
« modo en carton »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Jeu 11 Mai - 18:00 - #

Coucou ! hello

Sans ton message en zone invités, j'aurais eu quelques questions sur ton personnage après lecture de ta petite fiche. Tu dis que la mère est hongroise et le père anglais, mais tu n'expliques pas comment Vadim se retrouve en Australie. Tu ne dis pas non plus explicitement ce qui est arrivé à ses parents pour qu'il ait la garde de ses frères. Ce serait bien de retrouver ces infos quelque part dans la fiche Coeur


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Jeu 11 Mai - 21:14 - #

Oui de fait tu fais bien de me le faire remarquer, il manque tout le paragraphe que j'avais écrit sur sa mère ! Oo J'ai recommencé ma fiche tellement de fois que j'ai des petits bouts partout sur 35 documents différents, j'ai du mal à m'y retrouver Haha
Je vais rajouter de ce pas le paragraphe manquant nini

Pour ce qui est de son arrivée en Australie, je vais modifier un petit peu le paragraphe sur leur emménagement à Willow Lane, mais en soit y a pas grand chose à dire sur le sujet je trouve. Arès avoir beaucoup voyagé toute leur vie, ses parents ont décidé de finalement poser leurs valises pour permettre aux enfants d'avoir un endroit qu'ils pourraient vraiment appeler leur chez eux et l'Australie est une destination comme une autre pour le faire =)

Bref je cours rajouter tout ça youpi youpi youpi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Ven 12 Mai - 9:29 - #

Yay, beaucoup de lecture ! crush
Bienvenue à toi, j'crois que j'aime déjà ton perso ! coeur 2
*Offre des cookies cookie*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 24
Messages : 754
Inscrit le : 03/12/2015
Crédits : Polarize
Mon âge : 22 ans
J'ai emménagé en : décembre 2015
Mon statut civil : célibataire
Mon image :
Lauren Evans
« modo en carton »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Ven 12 Mai - 14:09 - #

Je compatis, j'ai aussi tendance à réécrire quinze fois et à perdre des bouts en chemin... Haha

Du coup, ta fiche est nickel. Coeur Je te valide donc et je te place au numéro 2 sur Cherry Street. krkr Si tu souhaites toujours être pris en charge par le comité d'accueil avec un rp d'arrivée, je te redirige vers ce sujet =)


Félicitations !


Maintenant que ta fiche a été validée, tu vas pouvoir te lancer dans le jeu avec ton beau personnage Coeur. N'oublie pas de remplir ton profil afin qu'on ait toutes tes infos en un coup d'oeil ! Voici aussi quelques petites choses qui pourront t'aider un peu :

♦ Tu trouveras la liste des logements par ici, pour voir qui sont tes voisins proches et moins proches. Et si tu as un métier, il t'est demandé d'aller le recenser dans ce sujet =].

♦ Grâce à la zone "recherche de rp" tu pourras très vite te trouver des camarades pour jouer ! Mais tu peux aussi ouvrir un rp libre et venir donner le lien par là, ou répondre à un rp qui attend une réponse aussi, c'est comme tu veux ! Pour les fiches de suivi/liens de ton personnage, c'est dans cette zone que ça se passe !

♦ La section "flood & jeux" et la chatbox t'attendent si jamais tu veux discuter avec d'autres membres. Surtout n'hésite pas à lancer des conversations et des jeux par toi-même ♥.



Voilou voilou, n'hésite pas à contacter le staff si jamais tu as un souci ou une question en cours de route. Coeur
Amuse-toi bien parmi nous !
copain


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Ven 12 Mai - 16:21 - #

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Ven 12 Mai - 17:02 - #

Vii, il se pourrait bien que je me sois laisser un peu emporter lors de la rédaction de cette fiche, je ne sais pas bien comment s'est arrivé vu qu'en la commençant j'avais pas la moindre idée de ce que j'allais écrire, mais c'est arrivé. Je suis navrée lol
Vraiment contente que mon personnage te plaise joli minois !! ooh Coeur
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAH COOOOOOKIES !!!! Tu sais comment parler à mon coeur ! Epouse moi ! cute ooh lèche crush
Merci beaucoup joli coeur !!! Coeur coeur 2


Merci beaucoup jolie Lauren coeur 2 Coeur canard

Merci beaucoup joli Daniel aux cheveux flamboyants ooh Coeur
(OH GOD ! Gerard Way brings back so many memories !! saute )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Sam 13 Mai - 0:55 - #

Oh mais t'inquiète pas, j'me suis bien amusé à lire tout ça ! niark
Et d'après ce que j'ai lu, j'veux un lien, obligé !  Et si c'est t'épouser, y'a pas de soucis hein !  cute Coeur
Comme ça j'te livrerai plein de cookies, gratos ! niéhé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
Re: [finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
- #

Revenir en haut Aller en bas
 
[finish] Vadim Howells + no caps on the cake, i don't need my dessert yelling at me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le cake au saumon fumé
» cake super facile
» CAKE AU FOIE GRAS ET FRUITS SECS
» Le cake aux saint-Jacques et tomates cerises
» Heartbreaker version girl [Finish]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Willow Lane :: Administration :: Les voisins oubliés-
Sauter vers: