Partagez | 
 

 Hendron Devine — sorry, I don't sign autographs anymore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Age : 27
Messages : 30
Inscrit le : 29/06/2017
Crédits : june, tumblr
Mon âge : 48
J'ai emménagé en : septembre 2016
Mon statut civil : Divorcé
Mon image : So far, so bad.
Hendron Devine
« No country for old men »
Hendron Devine — sorry, I don't sign autographs anymore
Jeu 29 Juin - 10:40 - #


Hendron Devine


Je suis un : [X] personnage inventé  [ ] scénario



Toi derrière l'écran


Ton pseudo/prénom : Galw1n
Ton âge : 26
Comment t'es arrivé là ? Par erreur
Que penses-tu du forum ? Je pense que c’est un forum. Je pense qu’il se passe en Australie. J’ai bon ?
Présence : Inestimable
Un truc à dire ? Vive les nouilles


Informations :


Nom de famille : Devine - Prénom(s) : Hendron - Lieu de naissance : Melbourne, Victoria, Australie - Nationalité : Australienne - Date de naissance : 19 septembre 1968 - Âge : 48 ans - Orientation sexuelle : Hétérosexuel - Statut civil : Divorcé - Métier : Star du country à la dérive - Groupe : Chestnuts - Date d'arrivée dans le quartier : 28 septembre 2016, il y a quelques jours.

Avatar utilisé : Jeffrey Dean Morgan

Caractère/Physique :


Miroir mon beau miroir… Oula, Hendron, y’a pas d’autres mots, tu vieillis. Bon. Ça pourrait être pire : j’ai toutes mes dents, je ne perds pas mes cheveux… Ma barbe blanchie avant mes tifs, tant mieux je préfère dans cet ordre-là. Ça te fait quoi de te dire que dans deux ans, t’as cinquante ans ? Tu as peur hein ? Ouais, chut, on y pense plus. La peur de mourir, surtout à cet âge-là, c’est normal non ? J’ai pas assez bu et fumé pour mourir jeune. Puis d’abord, c’est quoi être jeune ? C’est toi avec ta barbe presque blanche qui met des t-shirt du groupe de rock d’une gamine : c’est naze. Voilà ce que c’est de ne pas avoir réussi à se caser… Ouais ouais, je sors pas la même excuse de « je suis pas fait pour me caser ». J’ai réussi autrefois, je peux le refaire, y’a un record à battre ! Pourquoi j’essaye une chemise moi ? Celle-là ne me va pas du tout ! Au moins j’ai une bonne vue encore hein ? Oui, grâce aux lentilles, mais j’ai une bonne vue quand même. Les lunettes ça me donne un côté très sérieux tout d’un coup non ? Le problème c’est que ça attire les vieilles ou les bibliothécaires, ou pire, les vieilles bibliothécaires.

J’ai un air de musique sympa dans la tête là tout de suite, si j’en faisais une chanson ? Non non non, ça plaira pas, ça fera zéro ventes ça, pire que « Unfinished Pain ». J’ai la guitare qui me démange ! Je vais me lancer dans une nouvelle carrière de guitariste country de salon, voilà je joue pour moi. Peut-être créer une chaîne Youtube non ? Ah non, terrible idée. Les seuls retours que je vais avoir seront des commentaires négatifs… « Arrête le massacre ! » « Reforme le groupe avec ton frère, ça c’était la bonne époque, ça c’était de la bonne musique, pas comme ce que tu fais maintenant ! » « C’est de la merde ! » Je vois les « dislikes » par milliers d’ici, ça sera une catastrophe. Depuis quand exactement je me soucie de ce que pense tout le monde hein ? Depuis Joan, évidemment (oh non, non ! On ne prononce pas le nom maudit !) Mais oui, j’aimerai bien revenir à cette époque où je me foutais de tout. La clope au bec me donne un style non ? Ça te donne surtout des problèmes pour grimper les marches. Ah bah ouais, ça fait  parti des effets secondaires du truc, tu savais très bien que tu allais payer un jour de toute façon. Hé ! Au moins je suis pas alcoolique !

Qu’est-ce qu’il te reste maintenant ? Ton humour ? Il est spécial, il ne marche pas avec tout le monde. Ouais, j’ai eu une vie de merde, mais faire la gueule ça changera rien ! Autant prendre la vie du bon côté hein ? On n’a pas le temps de se soucier de tous les problèmes du monde, alors pourquoi on devrait se soucier de tous les problèmes de notre vie hm ? Voilà, positive, ça c’est bien. T’as toujours su voir le bon côté des choses après tout, t’es peut-être une merde et un gros raté qui a déçu tout le monde, mais au moins personne te marche dessus. Tu penses parfois à comment tout aurait pu être pire ? T’as déçu tout le monde, certes, mais du coup, tu n’as plus de compte à rendre à personne ! Sauf la pension ouais. C’est un détail ça. Putain… J’espère qu’un jour vous me pardonnerez tous autant que vous êtes. Will, mon frère, on aurait dû en discuter plus en profondeur, c’était aussi ton groupe. Andrea, je suis désolé, on est allé trop vite. On a fait quelque chose de fantastique cependant : Scarlett. Scarlett tu me manques, même si je sais que tu es mieux sans moi. Papa, désolé mais le rock, c’était pas pour moi ! Joan… Aucune femme ne pourra te remplacer.
En fait, il ne me reste pas grand-chose. À part une bonne histoire à raconter.

Histoire :




J’ai une excellente histoire pour vous : celle d’un homme qui se débrouille toujours pour tout foirer alors que tout va pour le mieux du monde pour lui. Cette histoire n’intéresse que très peu de monde, mais moi j’aime bien la raconter. Pas du tout par orgueil, mais j’ai l’impression que plus je la raconte, plus je m’en débarrasse en quelque sorte. À chaque fois que je la raconte, avec pourtant la même intensité, avec la même volonté, j’oublie des détails ; et pour moi, c’est un bon signe. Je vais sans doute finir par totalement l’oublier.

♬ Track 1, The Melbourne’s Boy, 3:21

It seems like centuries have passed,
How was my life before it crashed?

De toute façon, on trouve des traces de ma vie dans les paroles de mes chansons. Surtout le dernier album, celui qui n’a jamais marché. « Unfinished Pain », c’est mon parcours, mes décisions, mes regrets et mon amour. Vous n’aviez jamais remarqué ? L’ordre des pistes correspond chronologiquement à mon histoire. « The Melbourne’s Boy », le premier titre, parle de mes souvenirs d’enfance. J’y parle d’où je suis né (oui, à Melbourne, un tonnerre d’applaudissements pour ceux qui ont fait le rapprochement), de l’absence de mon père militaire amateur de rock, qui, engagé dans la Royal Australian Regiment, était déployé au Vietnam. Quand on jouait à la guerre avec mon grand frère William, ça avait une saveur particulière parce qu’on imaginait qu’on se battait avec papa : cela faisait plus vrai. Papa est revenu avant la fin de la guerre et il semblait pourtant mort. Il était complètement éteint.

♬ Track 2, Woodstock, 4:39

Then I realized music could save lives,
It brings back hope; I see my father thrives…

Le deuxième titre, « Woodstock », fait référence au festival du même nom. J’étais trop jeune pour pouvoir assister aux concerts de 1969, mais grâce au film de Michael Wadleigh, l’évènement avait été immortalisé. La musique rock psychédélique semblait faire revivre mon père qui transmit à moi et à mon frère le goût pour la musique et j’ai compris à cet instant l’impact que pouvait avoir la musique sur les gens. Il fallut peu de temps pour que des instruments de musique débarquent  à la maison et que nous jouions tous les trois, alors applaudit par notre mère, notre plus fidèle supportrice. Il n’était cependant pas question de vivre de la musique à cette époque, mon frère et moi n’avions pas le choix de toute façon, nous devions faire des études et pas finir militaires.

♬ Track 3, I don’t want to learn, 3:17

I don’t want to learn, and the only thing I need to know
Is when can I get out of here and make my own show?

Le titre « I don’t want to learn » résume mes années catastrophiques aussi bien pendant le secondaire que pendant mes études supérieurs. J’ai jamais été vraiment mauvais, j’ai juste été moyen et c’est probablement pour ça que je ne me suis pas fait jeter du système. J’étais un petit con à cette époque (regardez l’évolution, maintenant je suis un grand con), j’avais quelques problèmes avec l’autorité et j’aimais vraiment rien branler du tout. Et pourtant… Et pourtant, je suis allé jusqu’au bout, je suis même allé décrocher un diplôme de journalisme. Mais plutôt que de trouver un travail, j’ai préféré suivre une fille dans un road trip improvisé qui m’a fait découvrir la musique country lors d’un festival. En entendant la musique de Slim Dusty, Smoky Dawson, Gay Kayler, j’ai abandonné le rock pour le country. Par contre, j’ai plus jamais entendu parler de cette fille.

♬ Track 4, Two Brothers, 5:12

My brother, my best friend,
You stayed ‘till the end,
I was nothing without you,
I’m still nothing without you…

Dans « Two Brothers », je parle évidemment de mon frère. Cela devenait évident que je vivais pour la musique, et mon frère, alors qu’il réussissait sa vie lui, accepta quand même de m’accompagner dans ma folie musicale. Nous n’étions au début qu’un simple duo à jouer dans les bars, mais les choses ont pris rapidement de l’ampleur. Cela a débuté avec cette cassette que nous avions enregistrée en y passant toutes nos économies. On est d’abord passé sur la radio locale, puis sur les grandes radios country. Et quand tout le pays nous a entendus, un type est venu nous voir et nous proposer un contrat, que nous avons immédiatement accepté. C’est ainsi que fut créé Devinities,  avec mon frère au banjo et à l’harmonica, moi à la guitare électrique, nous deux au chant, et trois autres musiciens qui complétèrent la formation.

♬ Track 5, To become a father, 4:08

Oh Scarlett, you bring me tears of joy,
You made me such a happy boy…

« To become a father », je pense que le titre est assez évocateur.  En 1991, je fais la rencontre d’Andrea, c’est un coup de foudre et nous nous marions dans l’année. Nous avons tout fait trop vite, y compris un enfant à une époque où je n’étais même pas encore sûr de pouvoir vivre de ma musique. Après le mariage donc vint Scarlett, ma fille, mon ange, mon bonheur, ma fierté qui encore à ce jour, m’en veut pour tout le mal que je lui ai fait contre mon gré, qui m’en veut d’avoir raté son premier jour d’école parce que j’étais en studio, qui m’en veut d’avoir manqué sa première pièce de théâtre où elle avait le rôle principal parce que j’étais en concert.  Je ne lui en veux pas, j’ai été un mauvais père. Un très mauvais père.

♬ Track 6, Living to the day, 3:33

If I could be with these guys again,
I would trade it for everything that remains…

Le titre « Living to the day » relate ma carrière musicale en tant que groupe dont le premier album, « The Shotgun Farm » sorti en 1993. Il marqua le début de la carrière des Devinities et l’album fut un succès, les gens appréciaient bien nos paroles pleines d’humour. On enchaina  en 1995 avec  « Canyon Flatland 817 », un peu dans la même veine que le précédent disque. Celui-ci reçut un accueil mitigé, mais on s’y attendait, le deuxième album d’un musicien ou d’un groupe à toujours du mal à succéder au premier. On se réconcilia définitivement avec le public avec « Gentlemen Whiskey Howdy » en 1998. Ce fut également cette année-là que le public américain fit notre connaissance. Un super tourné là-bas se conclut avec la mort de papa, à qui l’on rendra hommage dans l’album d’après, « Sleeping with the stars » en 2000. Le groupe marqua une pause à ce moment-là, tout le monde ou presque avait une famille maintenant. Pour moi, ce fut l’occasion d’essayer de me faire pardonner auprès de ma fille. Il y avait beaucoup de retard à rattraper évidemment, tout n’a pas pu être oublié, mais ce fut mieux que rien.

♬ Track 7, An ending, 2:26

How is this already the end?
Is this too late to make amends?

« An ending » raconte la fin du groupe. Après une pause de six ans, nous sortons « Hillside Rustler », le dernier album du groupe. Les gens sont heureux de nous voir remonter sur scène, mais je m’embrouille avec mon frangin Will qui veut accorder plus de temps à sa famille et donc partir du groupe. Si les autres membres songent à le remplacer, moi je m’y oppose, prétextant que les frères Devine sont l’âme de ce groupe, et de colère, je renvoie tout le monde chez soi, mettant un terme à l’aventure Devinities. Ce jour-là, mon égo a parlé pour moi. C’était une erreur de faire le despote de cette manière, il me fera perdre des amis et le succès.

♬ Track 8, The comeback, 3:40

More difficult that I imagined,
But more refreshing than I hoped…

Dans « The Comeback », je raconte le début de ma carrière solo. Après avoir voyagé en compagnie de ma femme et ma fille une paire d’années, l’envie de refaire de la musique devint irrésistible. J’ai donc recontacté le manager de Devinities et je lui ai parlé de mon projet. Bien sûr que je n’ai pas le talent d’écriture de mon frère, mais je pense tout de même être un assez bon parolier et compositeur. Je me sentais libre : je savais que je ne pouvais en vouloir qu’à moi-même si une ligne de basse ou une phrase ne correspondait pas, ce contrôle total m’épanouit. C’est ainsi que parut « The Lonesome Cowboy » en 2010. Les critiques furent plutôt négatives, on disait que ça manquait d’énergie et que l’album était trop innovant, dans le son où l’on s’attendait encore à la formule qui marchait, la formule Devinities dont l’ingrédient secret était mon frère. Alors j’ai envoyé balader tout le monde dans les interviews et on dit de moi que j’étais devenu fou. Pas encore.

♬ Track 9, Joan, 8:54

Joan, my dear love, know that I would do everything I can
To stand by you again as you make me a happy man…

« Joan » Le titre parle de… Joan. Joan était la meilleure amie de ma fille Scarlett. Elle avait vingt ans et aspirait à devenir rock star. Je trouvais cela mignon, elle me rappelait un peu moi dans son ambition. Je me suis proposé pour la conseiller, lui écrire plusieurs morceaux. Nous passions alors des journées entières à parler de son album, mais aussi de la vie, de l’amour, du destin et pour la seconde fois de ma vie, je tombai amoureux. La différence d’âge ne fit pas peur à Joan, elle s’éprit de moi et nous vécûmes dans le secret, à la fois empreint de mystère et de honte. J’oubliai ma propre carrière pour me consacrer à la sienne, lui écrivant un album entier sous les protestations de mon agent qui s’agaçait de ne pas me voir arriver avec une seule chanson écrite pour mon propre disque.
Après une semaine entière en compagnie de Joan dans un hôtel, j’écrivais d’une traite quinze chansons qui parlaient toutes d’elle. Elles furent enregistrées mais n’étaient pas destinées à être publiées, car je savais que ma femme se rendrait bien vite compte que l’album ne parlerait pas d’elle. Pourtant, mon manager impatient n’entendit pas mes indications, et l’album « What I’d do for her » parut en 2010. À ce jour encore, l’album détient le record de ventes de ma carrière, en groupe ou en solo confondu. Et c’est la seule bonne chose à retenir de cet album. En plus de ma femme et de ma fille, de nombreux internautes comprirent que la personne en question à qui je m’adressai dans l’album était Joan, et le scandale qui en découla emporta tout ce que je possédais sur son passage. Il emporta mon mariage avec Andrea en premier évidemment. Ensuite, il y eut Scarlett qui refusait catégoriquement de m’adresser la parole. Elle disait qu’elle était heureuse de partir étudier à Prague en Europe, car comme ça, elle n’aurait plus besoin de me regarder dans les yeux. Mon frère, apparemment un banquier maintenant, qui me faisait déjà la gueule prit soin de me dire que ce n’était plus la peine de le contacter. Enfin, de multiples concerts furent annulés et pourtant… Pourtant tout cela me semblait bien fade à côté de Joan, qui s’envolait pour les États-Unis afin d’enregistrer la musique que je lui avais faite. J’avais du mal à la persuader que ce n’était pas de sa faute, mais elle pensait qu’elle devait quitter le pays pour le bien de tous, y compris le sien, elle sentait que son futur était en Amérique. Une excuse comme une autre. Alors, l’avion décolla avec mon cœur à son bord et je me retrouvai seul.

♬ Track 10, A beginning, 3:34

And it when everything breaks,
That I only realize my mistakes…

Pas tout à fait seul : il me restait mon manager qui me sauva temporairement de la misère. Lui était persuadé que ma carrière n’était pas terminée. Moi je lui ai dit que c’était ma douleur qui n’était pas terminée, et il déclara que cela ferait un fantastique titre d’album. À partir de ça, je me mis à l’écriture. L’écriture, la composition et l’enregistrement d’ « Unfinished Pain », l’album que vous écoutez à l’instant, dura quatre ans ; c’est de cela dont parle « A beginning », la chanson fait évidemment écho à « An ending ». Cela devait être un renouveau … Les journalistes s’excitèrent, ils s’attendaient à un chef-d’œuvre, un disque magistral qui marquerait un nouveau départ dans ma carrière. Ils furent déçus, terriblement déçus. J’ai à peu près tout entendu concernant la description de l’album : « les tribulations d’un homme infidèle », « des textes plaintifs sur des mélodies monotones : la misère à l’état pur », « une autobiographie auditive d’un homme qui n’a jamais pensé qu’à lui-même » ou encore « le tombeau du talent du moins bon des frères Devine ». Bref, l’album fut un désastre total, à peine 12,000 copies furent écoulées. La grande tournée en Australie et aux USA pour mon retour fut annulée et je me séparai de mon manager.  

Le message est bien passé : il est temps de s’arrêter, ma carrière, ainsi qu’une partie de ma vie sont derrière moi. L’idée de Joan était la bonne : partir ailleurs et tout recommencer. Commencer une nouvelle vie, loin de la musique. Redevenir un homme simple dans un quartier simple et neuf : Willow Lane. Ça sonne bien,  et pour l’homme quasiment ruiné que je suis, le prix est plus abordable que ce que j’ai actuellement. Je prie pour que ça soit le bon choix.

Infos en plus :


Je souhaite des colocataires : Non merci
Je souhaite être pris en charge à mon arrivée dans le quartier : Je ne dis pas non
Code pour le bottin :
Code:
JEFFREY DEAN MORGAN <span class="pris">▬</span> Hendron Devine
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 23
Messages : 134
Inscrit le : 20/03/2017
Crédits : ava: @Lena gif signature & profil: tumblr
Mon âge : 22 ans
J'ai emménagé en : août 2016
Mon statut civil : Célibataire à l'esprit et au coeur toujours éprit pour une certaine rousse
Mon image :
Archie Solomos
« I will never forget you »
Re: Hendron Devine — sorry, I don't sign autographs anymore
Jeu 29 Juin - 12:25 - #

JDM ce mec, c'est genre mon dieu, éternel papa Winchester dans mon coeur run

Bienvenue parmi nous Yeah


Shadow World

and it's always hurt.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 677
Inscrit le : 10/01/2017
Crédits : liliana (avatar), justayne (signature)
Mon âge : 25 ans
J'ai emménagé en : juillet 2016
Mon statut civil : Célibataire
Mon image :
Evan Scott
« »
Re: Hendron Devine — sorry, I don't sign autographs anymore
Jeu 29 Juin - 14:39 - #

Bienvenuuuuue ici ! Yeah


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 28
Messages : 979
Inscrit le : 02/12/2015
Crédits : (c) Liliana
Mon âge : 28 ans
J'ai emménagé en : décembre 2015
Mon statut civil : en bordel... y'a pas d'autres mots pour définir ça xD
Mon image :
Kendall Monroe
« admin en mousse »
http://la-boite-a-avatars.tumblr.com/
Re: Hendron Devine — sorry, I don't sign autographs anymore
Jeu 29 Juin - 15:17 - #

Bienvenue parmi nous Coeur

Ta fiche est nikel, je n'ai rien à redire dessus (ce pedobear de Hendron 02). Je te valide donc et te rajoute ta couleur de noisette ! Je te place dans la maison située au n°8, Chestnut Drive, sans colocataire du coup. Mais si jamais tu souhaites ouvrir ta maison à la colocation, n'hésite pas à m'envoyer un petit MP Coeur

Pour l'accueil de ton personnage, tu peux venir demander un petit rp aux membres du comité, via ce sujet, si tu le souhaites toujours youpi  

J'espère que tu te plairas parmi nous, surtout n'hésite pas à le dire si tu as un soucis ou une question Coeur

Bon jeu  danse


Félicitations !


Maintenant que ta fiche a été validée, tu vas pouvoir te lancer dans le jeu avec ton beau personnage Coeur. N'oublie pas de remplir ton profil afin qu'on ait toutes tes infos en un coup d'oeil ! Voici aussi quelques petites choses qui pourront t'aider un peu :

♦️ Tu trouveras la liste des logements par ici, pour voir qui sont tes voisins proches et moins proches. Et si tu as un métier, il t'est demandé d'aller le recenser dans ce sujet =].

♦️ Grâce à la zone "recherche de rp" tu pourras très vite te trouver des camarades pour jouer ! Mais tu peux aussi ouvrir un rp libre et venir donner le lien par là, ou répondre à un rp qui attend une réponse aussi, c'est comme tu veux ! Pour les fiches de suivi/liens de ton personnage, c'est dans cette zone que ça se passe !

♦️ La section "flood & jeux" et la chatbox t'attendent si jamais tu veux discuter avec d'autres membres. Surtout n'hésite pas à lancer des conversations et des jeux par toi-même ♥️.



Kendall Monroe
Fonda ✘ N'hésite pas à me contacter par MP si besoin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 24
Messages : 754
Inscrit le : 03/12/2015
Crédits : Polarize
Mon âge : 22 ans
J'ai emménagé en : décembre 2015
Mon statut civil : célibataire
Mon image :
Lauren Evans
« modo en carton »
Re: Hendron Devine — sorry, I don't sign autographs anymore
Jeu 29 Juin - 17:13 - #

Bienvenuuue hello Coeur


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 27
Messages : 30
Inscrit le : 29/06/2017
Crédits : june, tumblr
Mon âge : 48
J'ai emménagé en : septembre 2016
Mon statut civil : Divorcé
Mon image : So far, so bad.
Hendron Devine
« No country for old men »
Re: Hendron Devine — sorry, I don't sign autographs anymore
Jeu 29 Juin - 17:40 - #

Merci tout le monde :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: Hendron Devine — sorry, I don't sign autographs anymore
Jeu 29 Juin - 19:13 - #

bienvenue chez nous !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
Re: Hendron Devine — sorry, I don't sign autographs anymore
- #

Revenir en haut Aller en bas
 
Hendron Devine — sorry, I don't sign autographs anymore
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SHOULD PRESIDENT OBAMA SIGN THE ORDER WHEN IT COMES TO WIKILEAKS?
» Devine d'où vient cette image?
» [Photoshop][Difficile]The Power Sign'
» Devine la musique !!
» Mac miller Sign

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Willow Lane :: Administration :: Les annonces du staff :: Les voisins acceptés-
Sauter vers: