Partagez | 
 

 Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Ven 20 Mai - 1:55 - #


Alex Leonard Henderson


Je suis un : [ X ] personnage inventé  [ ] scénario



Toi derrière l'écran


Ton pseudo/prénom : Maxime
Ton âge : 21 ans
Comment t'es arrivé là ? En passant de forum en forum, à la recherche d'un bon forum à l'ancienne.  
Que penses-tu du forum ? Coeur  Coeur  Coeur
Présence : 5j/7 environ ou tous les jours si je vous aime trop  héhé
Un truc à dire ?  Caché


Informations :


Nom de famille : Henderson - Prénom(s) : Alex - Lieu de naissance : Brisbane - Nationalité : Australienne - Date de naissance : 29 novembre 1985 - Âge : 30 ans - Orientation sexuelle : Hétérosexuel - Statut civil : Célibataire - Métier : Professeur de Lettres à l'Université - Groupe : Apple street

Avatar utilisé : Colin O'Donoghue

Caractère/Physique :


    Préparez-vous à rencontrer la personne la personne la plus agaçante et attachante de votre vie. Je suis un démon avec une gueule d'ange. Je n'ai pas un comportement des plus calmes au contraire il peut m'arriver d'être parfois un peu trop impulsif. Je dérange souvent par mon ton cash mais mes proches vous diront que c'est aussi ma force. Il peut m'arriver d'être blessant car je ne prends de pincettes avec personne et je déteste qu'on en prenne avec moi. Malgré tout, je suis une personne vraie qui déteste qu'on fasse du mal à ceux qu'elle aime. Oui je serai l'un des premiers à vous chercher, à vous taquiner et à se moquer de vous mais je serai aussi le premier à vous défendre si quelqu'un d'autre que moi ose le faire. J'ai toujours été très protecteur.
    Je suis une personne plutôt sérieuse dans mon travail tout simplement parce que j'adore ce que je fais. Je sais que de prime abord je n'en ai pas l'air mais je suis assez sensible et la littérature m'a souvent permis de m'évader beaucoup plus loin que ma vie me le permettait. Je suis un grand rêveur et j'aime transmettre mon amour pour les lettres à mes élèves. En dehors de l'université, c'est une autre histoire, une soirée parfaite pour moi est une soirée avec une bande de pote dans un bar à rire de tout et n'importe quoi et pourquoi pas finir la soirée en bonne compagnie... J'aime m'amuser, j'aime rire. Je suis même un abonné aux blagues pourries et j'en suis fier !
   Je vais éviter de trop m'étaler car il faut toujours laisser une part de mystères, ne vous inquiétez pas vous apprendrez assez vite à me connaître.

Histoire :



L'autre fois en marchant vers mon travail, je me suis mis à penser sur la force des mots. Après tout, un mot, rien qu'un mot, seul, isolé, n'a pas de sens. Et pourtant, mis bout à bout ses mots forment une phrase et peuvent changer, éblouir ou briser une vie.
C'est à ce moment-là que j'ai réfléchi sur les phrases les plus importantes de ma vie.

« Il arrive ! »
C'était le début d'une nouvelle journée pour monsieur et madame Henderson. Après s'être difficilement levée de son lit, madame Henderson arrivait dans la cuisine. Son mari, au petit soin depuis qu'il avait appris sa grossesse, avait déjà préparé le petit déjeuner. Jus d'orange, café, pancakes, tout était là pour combler les envies de Madame. Une journée comme toutes les autres, enfin pas tout à fait... A peine avait elle débuté son pancake que madame Henderson se mit à se tordre de douleur tandis qu'un liquide coulait le long de ses cuisses. Cette fois-ci c'était sûr, je faisais mon entrée dans le monde.

« Touche mon ventre, il y a un bébé dedans et ce sera ton petit frère. »
me prononçait ma mère alors qu'elle venait de prendre ma main pour la poser sur son ventre. J'avais remarqué qu'elle avait un peu grossi mais bon je pensais que c'était à cause de la double dose de dessert qu'elle prenait à chaque repas. Je vous avoue qu'à 6 ans on ne comprend pas tout. Et le fait qu'un être vivant se promène dans le ventre de votre mère à cet âge-là, ça fait plus peur que ça ne réjouit. Heureusement, je suis tombé sur des parents très... libres. Ils ne voyaient aucun problème à me faire comprendre « la chose ». C'est ainsi que pour mes 6 ans, je reçu un super cadeau : Mon petit frère. (Enfin... cadeau, tout est relatif). Nous habitions dans une jolie maison à Brisbane avec un petit jardin assez grand pour y abriter toutes mes aventures imaginaires. On formait une bien jolie famille à quatre et j'étais bien content d'avoir quelqu'un avec qui faire des bêtises. Je jouais mon rôle d’aîné à la perfection comme lui son rôle de cadet, et quel rôle !

« Quand je serai grande je me marierais avec toi. »
J'avais maintenant dix ans. Avec ma famille nous menions notre petite vie tranquille, bon d'accord mes parents étaient un peu bizarres, disons qu'ils étaient... bohèmes. Mais les voisins les avaient accepter et même qu'on avait pour une fois cette année fait un « barbecue » végétarien. OK OK, il restait plus rien à griller à part des patates mais ça partait d'un bon sentiment de voisinage. Parmi mes voisins, il y avait les Weiss, c'était une chouette famille et ils avaient une fille d'un an de moins que moi qui était super cool. Bref, ce jour-là il faisait très beau et très chaud comme la plupart du temps à cette période. Toute la rue était sortie pour ce grand barbecue annuel. Avec Celestina, on jouait au loup enfin on courrait surtout et on faisait tout pour ne pas avoir mon petit frère dans les pattes. Nous avons couru jusqu'à derrière ma maison et mon frère semblait nous suivre de peu, je lui ai alors proposé de monter dans la cabane que Papa m'avait construite il y a quelques années. (Théoriquement, elle était pour Ethan aussi mais j'avais l'excuse qu'il était encore trop petit pour monter). Nous montions dans la cabane et quelques secondes plus tard nous entendîmes mon frère nous appeler. Après avoir étouffé quelques rires et l'avoir entendu partir, Celestina fit le tour de ma cabane. « Et si on disait que c'était notre maison ? Tu sais ici, ça pourrait être l'entrée et là... oh ce serait bien pour une cuisine. Mais on ferait que des gâteaux au chocolat, rien d'autre ! » Je la laissais parler, tout ça, c'était des trucs de filles. Ma cabane n'était pas une maison,  c'était mon vaisseau spatial, mon navire, mon château fort... « Oh.. et si on faisait semblant que tu rentrais du travail et que j'étais là pour t'accueillir, tu sais comme quand on sera grand quoi ! » « Quand on sera grand ? » « Bah Oui... quand je serai grande je me marierais avec toi. » avait-elle dit comme si cela coulait de source pour nous deux, le temps d'un instant je me suis imaginé marié à Celestina et l'idée bien que précoce ne m'avait pas déplut.

« Pourquoi tu reçois des livres à Noël ? T'as pas été gentil ? »
dit mon frère d'une voix presque inquiétée. Lui, il avait reçu le dernier robot à la mode, une arbalète et une voiture téléguidée. « Non, c'est ce que j'ai demandé, c'est tout. » « Tu as demandé des livres au Père noël ? » « T'es sérieux Ethan ? Tu crois encore au Père noël ? » le temps d'un instant mon frère me regarda avec des yeux écarquillés. « Bah, non, quelle question ! » dit-il ensuite en relevant son buste comme pour faire le grand. Ok il y croyait encore à 8 ans... Je ris un peu avant de changer de sujet. « J'ai demandé des livres car j'aime lire et qu'un livre m'apporte beaucoup plus de choses qu'un robot qui ne sait dire que deux phrases qu'on ne comprend même pas. Tiens, tu devrais essayer. » lui dis-je en tendant un de mes livres, forcement le plus gros. Ouais, je sais, je me la frimais mais on le fait toujours quand on est l'aîné. Ethan me regarda comme on observe un extraterrestre avant de partir sans même jeter un coup d’œil à mon livre.

« En Europe ?! »
criait-je au fast food du coin. « Calme-toi, tout le monde nous regarde ! » rétorqua Celestina. Nous avions quinze ans et celle-ci venait de m'annoncer que sa famille et elle allaient déménager quelque part en Europe. C'est l'autre bout du monde, se rend-elle compte ? « Je suis désolée, je sais, j'ai pas très envie moi aussi mais mon père a été muté. Bref, tu sais comment ça marche. » Non je sais pas comment ça marche ! Je n'ai jamais déménagé, je ne sais pas ce que ça fait de changer de maison même si celle-ci est au bout de la rue. Alors là m'imaginer à des milliers de kilomètres de chez moi, non je sais pas comment ça marche. « Tu pars quand ? » « Dans une semaine... » « DANS UNE SEMAINE?! » « Tais toi bon sang ! » dit-elle encore plus fort alors que quelques personnes commençaient sérieusement à nous regarder comme des fous.  « Mais tu attendais quoi pour me le dire ? Tu voulais peut être me prévenir une fois que tu étais la-bas ? » « Non...je... » « Quoi ?» « Je voulais pas que tu agisses comme si c'était la dernière fois que tu allais me voir à chaque fois. Je voulais que ce soit comme toujours, pas que ce soit différent parce que bientôt je ne serai plus là. » Nous nous connaissions depuis maintenant dix ans. Nous étions des amis et même les meilleurs amis. Je l'avoue, j'étais fou amoureux d'elle mais jamais je n'ai osé lui avouer. Peut être par peur de gâcher cette amitié. Pourtant, nous agissions comme un couple, je veux dire, nous étions à l'âge des premier amours et quand elle m'avait avouer avoir eu son premier baiser lors des dernières vacances j'étais fou de rage et je crois même qu'elle avait été jalouse aussi quand je suis sorti avec Jenna, une fille de ma classe. Je soufflais un bon coup afin d'éviter de m'énerver d'avantage, « Il faut que j'y aille. » « Quoi? » « Je dois y aller, salut. » « Non, Alex me fait pas ça ! Tu as pas le droit de me faire la gueule alors que c'est ma dernière semaine ici ! » « Je ne fais rien. » « S'il te plaît... » dit-elle en posant sa main contre la mienne alors que j'étais en train de me lever. « A bientôt ! » prononçais-je ensuite en déposant un baiser sur son front. Ce fut le dernier. Je ne voulais plus la voir. De ma chambre, je pu voir sa maison se vider et la voir partir une semaine plus tard.

« Mec, tu verras comme les parisiennes sont jolies. »
 Beaucoup de temps était passé maintenant, je venais d'avoir vingt ans. J'avais terminé ma première année de faculté de lettres. Pour ma deuxième année, j’eus envie de changer. A part Brisbane et les roadtrips avec mes parents, je ne connaissais rien du monde. Une ville m'avait toujours fais rêver surtout après avoir lu Notre Dame de Paris, vous avez deviné de laquelle je parle... Je décidais donc d'y finir mes études et ainsi être spécialisé en littérature française. Il n'y avait pas que la ville qui me faisait rêver, le fait d'être loin de mes parents, de prendre mon envol était plaisant aussi. J'étais juste un peu triste de quitter mon petit frère. En grandissant, il eu quelques moments de rébellion, le style de vie de mes parents ne lui plaisait pas tellement et il le faisait bien comprendre. J'étais le seul à le comprendre et à pouvoir lui parler. Je ne savais pas comment il allait réagir sans moi. C'est donc à la recherche de nouvelles aventures que je pris l'avion direction Paris. J'étais arrivé quelques semaines avant le début des cours ce qui m'avait permis de faire le touriste et de m'habituer au train de vie de cette ville. Tout allait si vite ici. Les gens étaient si pressés. Heureusement, j'avais trouvé un bon colocataire qui venait aussi d'Australie. Cela faisait déjà trois ans qu'il habitait Paris et il connaissait tous les bons plans. Je fus surpris de voir combien d'australiens nous pouvions trouver dans Paris. Chose très paradoxale, nous vivions tous à Paris et pourtant une soirée parfaite était une soirée ensemble dans les bars australiens. Comme quoi on revient toujours à nos terres d'origines.
J'avais pris goût à cette vie et mon pote avait raison, qu'elles sont belles les parisiennes! Parait-il que mon accent les faisaient toutes craquées.
Mais un soir, ce ne fut pas comme tous les autres. Nous avions décidé de sortir et d'aller à notre QG habituel, jusqu'à là rien d'anormal, jusqu'à ce que mon colocataire me lance « J'ai invité quelques filles à venir avec nous, je sais pas si elles vont débarquer ou pas mais sors le grand jeu parce que c'est des bombes ! » « M'as-tu déjà vu ne pas le sortir ? » rétorquais-je aussitôt. Paris était tellement un rêve que je ne m'imaginais jamais sortir en n'étant pas superbement coiffé et habillé. « Oh mais regardez qui voilà ! » cria mon acolyte alors qu'il apercevait une bande de fille marcher vers nous. « Tu vas pas être déçu, mon pote » me dit-il entre des ses dents en ne quittant pas du regard les filles. Je pris une gorgée de bière, ce n'était pas la première fois que mon coloc' ramenait des filles avec nous. Ça en devenait un rituel. Je détournais le regard des filles, le temps de vérifier le score du match de Rugby que diffusait le bar. « Celestina ! Alors ça, ça fait un bail ! Comment tu vas ma belle ? » Je manquais de m'étouffer en entendant ce prénom, Celestina ? Non ça ne peut pas être... Je me retournais et découvris une jeune femme blonde aux cheveux longs. Elle me tournait le dos. C'était elle, j'en étais sûr. Avant même que je reprenne mes esprits, elle se retourna vers moi et eu sûrement le même choc. « Alex... ? » j’acquiesçais en signe de tête. Je ne faisais pas le fier à ce moment-là. « Salut... » dis-je après trois secondes de silence. Le temps venait de s'arrêter autour de moi, j'étais seul face à Celestina. J'étais seul face à mon choix d'avoir couper tout contact avec elle. Nous restions immobiles un instant. Celestina pris ensuite soudainement ses affaires sans dire un mot et sorti du bar. Mon colloc' me regardait stupéfait. « Qu'est-ce qui se passe là ? » me dit-il ensuite complètement incrédule. J'avais deux solutions, soit je faisais comme si de rien n'était et je la laissais s'en aller encore une fois. Soit je lui courais après et je risquais de m'en prendre plein la figure. « Je t'expliquerai. » Tant pis pour ma fierté, cette fois-ci je ne la laisse pas filer. « Celestina attends ! » criais-je en sortant du bar. J'avais oublié ma veste dans le bar, mon dieu qu'il faisait froid dans ce pays. « 'Tina, s'il te plaît... » Elle était à quelques mètres de mois à ce moment-là elle s’arrêta. Je la connais, elle était sûrement en train d'exploser à l’intérieur. Elle se retourna soudain « S'il te plaît ? Ça me dit quelque chose ça ! Pourquoi je t'écouterais alors que toi même tu ne l'a pas fait quand je te l'avais demandé ? » « Je suis désolée, c'était stupide, crois-moi j'ai longtemps regretté mais c'était trop tard. » répondis-je en m'approchant d'elle. Ses yeux étaient humides et peut être même que les miens aussi. J'étais si heureux de la retrouver, j'aurais aimé la prendre dans mes bras là tout de suite, lui raconter tout ce qu'elle avait loupé. « Pourquoi t'es là ? » finis-t-elle par dire. Son ton était froid, très froid. « Pour mes études. » « Combien de temps? » « Je sais pas deux ans peut être trois... On s'en fou Tina' ce qui compte c'est que ce soir, on est là tous les deux. Parmi toutes les villes d'Europe, parmi tous les bars de Paris, on est là, face à face. Tu crois pas que c'est suffisant pour croire que le destin nous donne une deuxième chance ? » « Des chances ? Tu en a eu cent des chances, chaque coup de fil était une chance pour toi de renouer contact avec moi et tu n'en a saisi aucune. » Elle ne lâchait pas mon regard, je ne l'avais rarement vue si bornée. « C'est Paris qui te donnes ce sale caractère ? » lâchais-je naturellement quelque peu amusé. « Ne change pas de sujet ! » « T'es super sexy quand tu t'énerves tu le sais ! » « Alex... » « On a plein de choses à se raconter, tu crois pas qu'on ferait mieux de ne pas gâcher les trois ans qui me reste dans cette merveilleuse ville à se disputer ? » « Et après quoi ? On recoupera les ponts ? » « Seulement si tu le décides... » dis-je en prenant sa main dans la mienne. Un sourire s’esquissa sur son visage, ce sourire que j'aimais tant et cela me rendit heureux. Elle n'avait pas changer c'était toujours ma Celestina, elle était juste encore plus belle. « Allez viens-là » dis-je en ouvrant mes bras. Nous décidèrent ensuite de passer la nuit à bavarder et à se raconter toutes les choses qui ont pu nous arriver dans notre vie depuis son départ.

« A bientôt ! »
Et voilà, trois ans de passés. J'avais évidement validé toutes mes années. Il était temps pour moi de rentrer afin de finir mon cursus. J'avais décidé de devenir professeur à l'université. Après tout quand on fait des études de lettres, c'est un peu le seul débouché. Mes trois ans à Paris s'était passé merveilleusement bien. J'étais triste de partir mais mon pays natal et son climat me manquaient. Ma famille aussi... Le jour de mon départ, c'est Celestina qui m'a accompagné à l'aéroport. Je profitais de la route pour l'observer une dernière fois. « Mais tu vas avancer co*ard ?! » cria-t-elle en appuyant frénétiquement sur son klaxon. Je me mis à rire. « Qu'est-ce qui y a ? » « Rien, je trouves que Paris a déteints sur toi, c'est tout. » « Ah parce que sur toi pas ? » « Bah.. non. » « Tu as vu comme tu es sapé ? » « Qu'est-ce qu'elle a ma tenue ? » rétorquais-je vexé en me regardant. « Rien du tout, tu es très beau, t'inquiètes pas. » dit-elle tandis qu'elle se concentrait sur la route. J'avais peut-être changé de style, c'est vrai. Il faut dire que je m'habillais plutôt décontracte avant Paris et maintenant je ne sors pas sans chemise et chaussure de ville. Une habitude que je vais vite perdre en rentrant à Brisbane. Celestina se mit à chercher quelque chose avec sa main droite en tâtonnant tous les recoins de sa voiture. « Qu'est-ce que tu fais au juste ? » « Je cherche mon portable. » « Portable au volant ? Ouh tu aimes le risque, coquine ! » dis-je avant de mettre la main sur celui-ci qui était juste devant moi. « Alex, donne moi ça, je dois envoyer un message à Léo. » Ah oui Léo... j'avais oublié de vous préciser ce détail. Celestina était en couple ! Je pensais que trois ans allait me suffire pour réussir à lui faire quitter ce crétin de parisien mais non elle semblait bien décidée à faire sa vie avec. Et non, je ne lui avais toujours pas avoué que je l'aimais ce qui faisait de moi le mec le plus friendzonner de l'Histoire entière. Et ce n'était pas mes nombreuses conquêtes parisiennes qui pouvaient lui prouver mes sentiments. Je faisais ça pour la rendre jalouse mais plus le temps passait et moins elle ne l'était. «  Alors si c'est pour Léo ! » dis-je d'un ton amusé avant de déverrouiller son portable et d'entrer dans ses messages afin d'écrire mon message personnel à Léo. « Cher Léo, je te quitte car finalement j'aime trop l’Australie et surtout Alex pour le laisser y retourner seul. » dictais-je ensuite. « Arrête tes bêtises. » Elle m'arracha le téléphone de la main. « T'es bête parfois ! » « Tant que c'est que parfois ! » Elle me regarda amusée une dernière fois avant de se garer. Nous prîmes mes affaires et direction la porte d'embarquement. L'aéroport était immense des centaines de personne couraient dans tous les sens et nous en faisions parti. « Bon et bien... Je crois que nos chemins se séparent ici. » dit-elle une fois arrivé devant le portique de sécurité. Elle feignait un sourire comme pour essayer de ne pas m'inquiéter, comme pour me faire croire que tout ira bien sans moi. « Je ne te laisserai pas cette fois, on s’appellera d'accord ? » « C'était vraiment cool ces trois ans avec toi, reviens vite nous voir. » Nous ? Elle imagine que je suis pressé de revoir la sale poire de Léo ? Je restais immobile sur ses paroles. La file avançait mais moi je restais immobile. J'eus l'impression d'avoir gâché toutes mes années à Paris. Pourquoi je n'arrivais pas à lui dire ce que je ressentais ? Et pourquoi pendant tout ce temps elle non plus ne m'avait rien dis ? Peut-être que c'était parce qu'au final je n'étais vraiment qu'un ami. C'était à mon tour de passer dans le portique, l'homme de la sécurité m'appelait... Sans criez garde, je pris le visage de Celestina entre mes deux mains et  l'embrassa enfin. J'explosais intérieurement. J'avais attendu ce jour depuis cette après-midi dans la cabane. Le baiser fut langoureux mais bien trop court à mon goût. Collant mon front à celui de Celestina, je chuchota ensuite : « Je t'aime, je n'ai jamais aimé que toi. Sois heureuse avec Léo c'est un type bien. » ça me déchirait le cœur de le dire. Ce Léo était une vrai tête de f*on - excusez moi la vulgarité, je ne trouve pas d'autre mot- mais nous avions un point commun, nous aimions Tina' tous les deux et nous étions prêt à tout pour son bonheur. Celestina resta longtemps immobile tandis que moi je passais le portique, elle me regarda partir sans rien dire, comme je l'avais fais dix ans auparavant. « A bientôt! » dis-je de façon à ce qu'elle pouvait le lire sur mes lèvres avant de partir définitivement. Le temps d'un instant, j'aurais espéré qu'elle me court après, qu'elle me supplie de rester ou de l'emmener avec elle. Elle ne fit rien et moi non plus. Les histoires d'amours ne sont jamais vraiment celles que l'on espère. Après avoir atterri, ce fut la première personne à qui j'envoyais un message : « Je suis bien arrivé.:) J'espère que tout va bien de ton côté. Appelle moi dès que tu peux. » Je n'ai plus jamais eu de nouvelles d'elle.


« Attends, deux secondes tu vis encore chez tes parents ? » 
J'avais 25 ans maintenant, deux ans me séparait de Paris. J'étais accueilli à mon retour comme le fils prodigue ou peut être même comme le sauveur. Il faut dire que mon frère s'était permis quelques folies durant mon absence et mes parents ne savaient plus trop comment le raisonner. Il s'était calmé depuis mon retour mais je pense juste qu'il arrivait à un âge raisonnable. Après tout, on a tous testé nos limites dans notre jeunesse.
Étant pris dans mes études, je n'avais pas remarqué qu'il était peut être temps pour moi de prendre mon envol. Un soir après une bonne soirée arrosée en compagnie d'une jolie fille, je décidais de finir la soirée comme il le fallait. Nous marchions un peu trop éméchés pour prendre la voiture. Une fois arrivés devant la maison, je la pris par les mains afin de la guider. Je pris quelques temps à ouvrir la porte, j'avais vraiment forcé sur la bière ce soir-là. La jeune fille un peu trop impatiente me dévorait le coup tout en me faisant des caresses non déplaisante. J'arrivais enfin à mettre la clé dans la porte quand celle-ci s'ouvrit sans aucun effort. Je pris du temps à comprendre que ce n'était pas moi qui venait d'ouvrir ma porte mais bien ma mère qui était déjà réveillée afin de faire son yoga matinal. C'est ainsi que je me retrouvais devant ma mère avec une fille ayant la main dans mon pantalon. « Eh bien, ne vous gênez pas. J'allais partir. » dis ma mère non peu fière de rendre la situation encore plus embarrassante. Je pense que c'était le moment le plus gênant de ma vie, cela m'avait permis de dé-saouler en un temps record et à la jeune femme aussi. Inutile de dire que je n'ai pas pu finir la nuit avec elle. C'était officiel, il était grand temps pour moi d'avoir mon appartement.


« Maintenant que nous sommes âgés, nous aimerions voyager ton père et moi. »
Mes parents avaient réussi à me dénicher un petit appartement pas mal que j'essayais de payer de moi-même à l'aide de petits boulots étudiants et surtout de toutes mes bourses. Plus que quelques mois et je serai professeur du moins je pourrais l'être. Il faut juste qu'il y est de la place pour moi. J'avais vingt-huit ans lorsque mes parents m'appelèrent en plein milieu d'un cours. Ils ne faisaient jamais ça, je passais presque tous les jours à la maison. Je ne répondis pas mais je reçu un sms de ma mère peu après. « Grande nouvelle à t'annoncer, viens vite à la maison. Bisous fils. » Quoi ? Mais qu'avait-il encore inventé ? Je souriais imaginant mon frère avec eux à ce moment-là. Lui qui était tellement dépassés par toutes leurs lobbys. Je suis aller les rejoindre juste après mon cours, ils étaient dans le jardin et m'attendaient excités comme des puces. « Bah alors, que se passe-t-il de si important ? » Je jetta un coup d’œil à mon frère qui leva les yeux au ciel. Mon frère avait souvent une tête de blasée enfin surtout en présence de mes parents. « Arrête de faire ta tête de deg, Ethan ! Bon dites moi ! » « Papa et Maman ont dépensé toutes leurs économies dans un camping-car dernier cri ! » « Vous avez fais quoi ? » « Il arrivera dans quelques jours ! Ils consommes très peu c'est un nouveau prototype et nous allons faire le tour du monde avec ! » m'expliqua mon père « Pardon ? » « Maintenant que nous sommes âgés, nous aimerions voyager ton père et moi. Nous en avions toujours rêver et... » « Nous sommes arrivés. » coupa mon frère d'un ton amusée. « On se disait que peut être tu pourrais revenir habiter avec ton frère. » « Mais vous comptez faire le tour du monde pendant combien de temps au juste ? » « Et, les gars, je veux pas faire le rabat-joie mais on est en Australie et vous avez acheter un camping-car ! Pas un bateau. » Je riais à la remarque de mon frère. « Tu sais fils, ils ont invité des bateaux qui peuvent supporter le poids d'un camping-car même de plusieurs. On arrête pas le progrès, hein chéri ? » répondis mon père aussitôt. « Nous ne savons pas vraiment pour combien de temps nous en avons, nous allons suivre notre instinct. On peut revenir demain comme dans cinq ans. » S'il y avait une chose que j'avais appris avec mes parents c'était d'être prêt à tout. Suivre leur instinct, ils l'ont toujours fais. L'idée de revenir à la maison et de jouer le baby sitter pour mon frère ne m'enchantait pas vraiment mais si ça pouvait les rendre heureux alors je signe tout de suite. « Bon, vous partez quand ? » dis-je avec un sourire comme pour leur faire comprendre qu'ils avaient ma bénédiction. Ma mère sautilla tandis que mon frère lâcha un soupire.  
 

« Bonjour, M. Henderson je pense avoir une bonne nouvelle pour vous, rappelez-moi dès que possible. »
Cela faisait un an que mes parents étaient partis actuellement ils étaient en Inde. Nous avions souvent des nouvelles et ils étaient comblés, c'était génial pour eux. Avec mon frère nous avions repris nos marques. J'essayais de le booster un peu. Celui-ci avait fini ses études et passait ses matinées en caleçon devant la télé à manger des céréales. Je n'avais toujours pas trouvé de boulot stable. J'avais quelques remplacements ici et là à faire de temps en temps et je faisais beaucoup de thèses mais ça ne payait pas vraiment. Heureusement nos parents payaient la maison, nous avions que les courses à acheter. Il faut dire que mon frère n'était pas très rentable non plus. « Ethan, t'as prévu quoi aujourd'hui ?» dis-je alors que je faisais une dernière retouche à ma coiffure dans le miroir juste devant l'entrée. Le besoin d'être impeccable tout le temps n'était pas parti depuis mon retour de Paris. « Mec, t'es au courant que tu fais peur parfois ? » « Quoi ? » « Tu sais c'est pas grave si t'es gai. » « Ok, t'essayes de changer de sujet ! Tu as rien prévu aujourd'hui c'est ça ? C'est aujourd'hui le dernier jour pour s’inscrire à l'université tu le sais ? » « C'est vrai alors tu es gai ?! » dit-il comme si je ne venais même pas de parler. « Ethan, t'es lourd. » Je prenais mon souffle pour lui faire la morale encore une fois quand mon téléphone sonna. Numéro inconnu sûrement du démarchage téléphonique, je décidais de laisser sonner. « Tu peux répondre à ton mec, t'inquiètes je suis ton frère je te jugerai jamais. » Je regardais mon portable et me dirigeait vers la porte sans même regarder mon frère une seconde. « Tu devrais le savoir que je suis pas gai depuis le temps, petit puceau! Aller je file, essaye de t'habiller et de ranger un peu. » Je fermais la porte et me dirigeait dans ma voiture. Le numéro m'avait laissé un message sur mon répondeur. Peut-être que j'aurai dû répondre finalement. Je décidais de l'écouter : « Bonjour, M. Henderson je pense avoir une bonne nouvelle pour vous, rappelez-moi dès que possible. » Je rappela aussitôt. Une voix d'homme me répondit aussitôt « M. Henderson ? » « Lui-même. » « Bonjour, je suis monsieur Scott, le doyen de l'université de Willow Lane. C'est un tout petit campus mais nous y comptons déjà de très bon professeur. J'ai lu certains de votre travaux et j'aimerais vous rencontrez, il nous manque un professeur de Lettres. » J'avais envie de sauter de joie mais j'étais dans la voiture et beaucoup de voisins passaient. Je contenais donc mes émotions et répondis positivement à ce monsieur. Nous nous sommes mis d'accord pour un entretien.

« Et voilà les clés de votre appartement, Bienvenue à Willow Lane. »
Serrant les clés dans ma main, je fais un petite sourire en coin à mon frère avant d'aller ouvrir la porte de ce qui est maintenant notre appartement.. J'avais été accepté en tant que professeur de Lettres à l'université. Mes parents avaient gardé la maison à Brisbane mais la louait désormais. Mon frère n’eut d'autre choix que de me suivre. J'avais réussi à l'inscrire à l'université en Histoire même si cela ne l’enchantait pas vraiment.  C'était un nouveau départ pour tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Ven 20 Mai - 10:44 - #

Bienvenue Coeur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Ven 20 Mai - 18:47 - #

Merci miss copain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 28
Messages : 979
Inscrit le : 02/12/2015
Crédits : (c) Liliana
Mon âge : 28 ans
J'ai emménagé en : décembre 2015
Mon statut civil : en bordel... y'a pas d'autres mots pour définir ça xD
Mon image :
Kendall Monroe
« admin en mousse »
http://la-boite-a-avatars.tumblr.com/
Re: Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Ven 20 Mai - 21:54 - #

Coucou !

Bienvenue parmi nous Coeur
C'est cool d'avoir un nouveau voisin prof - et sexy en plus héhé. J'espère que tu te plairas parmi nous en tout cas ! Si jamais tu as besoin de quelque chose pour ta fiche ou autre, n'hésite pas à m'envoyer à nouveau un MP Wink

Bon courage pour terminer ^^


Kendall Monroe
Fonda ✘ N'hésite pas à me contacter par MP si besoin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Ven 20 Mai - 23:55 - #

Viens m'accrocher, mon beau prof de lettres... sois le bienvenu!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25
Messages : 754
Inscrit le : 03/12/2015
Crédits : Polarize
Mon âge : 22 ans
J'ai emménagé en : décembre 2015
Mon statut civil : célibataire
Mon image :
Lauren Evans
« modo en carton »
Re: Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Sam 21 Mai - 12:40 - #

Bienvenue parmi nous ! hello
Bon courage pour l'écriture de ta fiche. Coeur


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Sam 21 Mai - 21:41 - #

Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Lun 23 Mai - 13:00 - #

Bienvenue sur le forum et sur Apple Street ! saute  
J'aime bien le métier de ton personnage et ton choix d'avatar. Hâte d'en apprendre plus et bon courage pour terminer ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Lun 23 Mai - 21:43 - #

Merci pour cet accueil les filles ! :D

Kendall Merci ! Coeur  je t'ai assez embêté... pour le moment Siffle

Véronique Attention, Ne me parles pas de cette façon si tu ne veux pas m'avoir sur le dos héhé

Lauren, Eun hee Merci les filles  niark

Suri j'aime bien ton choix d'avatar aussi Wink lèche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 28
Messages : 979
Inscrit le : 02/12/2015
Crédits : (c) Liliana
Mon âge : 28 ans
J'ai emménagé en : décembre 2015
Mon statut civil : en bordel... y'a pas d'autres mots pour définir ça xD
Mon image :
Kendall Monroe
« admin en mousse »
http://la-boite-a-avatars.tumblr.com/
Re: Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Ven 27 Mai - 22:07 - #

Re !

J'ai lu, je croyais que ta fiche était finie, et ça m'a coupée dans mon élan là Haha. Il faut terminer, qu'on sache ce qu'il se passe avec Celestina ! Coeur.


Kendall Monroe
Fonda ✘ N'hésite pas à me contacter par MP si besoin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Sam 28 Mai - 3:26 - #

Ahah désolé pour ce faux espoir ! Caché

J'ai pris un peu de temps mais j'ai terminé cette fois-ci, promis. Coeur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 28
Messages : 979
Inscrit le : 02/12/2015
Crédits : (c) Liliana
Mon âge : 28 ans
J'ai emménagé en : décembre 2015
Mon statut civil : en bordel... y'a pas d'autres mots pour définir ça xD
Mon image :
Kendall Monroe
« admin en mousse »
http://la-boite-a-avatars.tumblr.com/
Re: Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Sam 28 Mai - 7:47 - #

Ree Coeur

Ne t'inquiètes pas pour le temps, on est pas pressés non plus Haha. Bah je te le dis, Celestina elle est naze et elle sait pas ce qu'elle loupe, voilà ! niark. Ta fiche est correcte, juste que dans le quartier il n'y a que des maisons et pas des appartements du coup xD. Je te valide et te rajoute ta couleur verte, tu seras dans la maison située au n°11, Apple Street, avec ton frangin - bonne colocation Haha.

Il y a une intrigue qui vient d'être lancée et si jamais tu souhaites y participer, je peux ouvrir une place puisque ça vient de commencer. C'est à toi de me dire Wink.

J'espère que tu te plairas sur le forum Coeur. N'hésite pas à m'envoyer un MP si jamais tu as un soucis ou une question Coeur

Bon jeu pc


Félicitations !


Maintenant que ta fiche a été validée, tu vas pouvoir te lancer dans le jeu avec ton beau personnage Coeur. N'oublie pas de remplir ton profil afin qu'on ait toutes tes infos en un coup d'oeil ! Voici aussi quelques petites choses qui pourront t'aider un peu :

♦️ Tu trouveras la liste des logements par ici, pour voir qui sont tes voisins proches et moins proches. Et si tu as un métier, il t'es demandé d'aller le recenser dans ce sujet =].

♦️ Ici, il n'y a pas de zone de recherches de liens parce que, comme l'indique le sujet "le rp libre", tout se fait en jeu, comme avant. Cependant, pas de panique ! Grâce à la zone "recherche de rp" tu pourras très vite te trouver des camarades pour jouer avec toi ! Ou sinon, tu peux aussi ouvrir un rp libre et venir donner le lien par là. Ou répondre à un rp qui attend une réponse aussi !

♦️ Si tu souhaites poster une fiche de suivi/liens pour ton personnage, c'est dans cette zone que ça se passe ! Il y a un code en libre-service mais tu peux utiliser ce que tu veux !

♦️ La section "flood & jeux" et la chatbox t'attendent si jamais tu veux discuter avec d'autres membres. Surtout n'hésite pas à lancer des conversations et des jeux par toi-même ♥️.



Kendall Monroe
Fonda ✘ N'hésite pas à me contacter par MP si besoin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Dim 29 Mai - 18:46 - #

Merci ma belle ! Coeur

tu as raison tant pis pour elle ! ahah héhé
Mince suis bête pour l'appartement -Mec à la ramasse bonjour- Caché ..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
Re: Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
- #

Revenir en haut Aller en bas
 
Alex Leonard Henderson » Être roi ? Pourquoi être roi quand tu peux être un Dieu ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» Neige et charbon ( pv Emily )
» Kyle &&. Liam ▬ on se soul la gueule parce qu'on aime ça boire ok ?!
» Pourquoi se frapper quand je peux t'éclabousser ? [Ft Sparky]
» Pourquoi gaspiller du papier quand on peut utiliser la technologie? Aileen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Willow Lane :: Administration :: Les voisins oubliés-
Sauter vers: